Sainte Barbe, le 4 décembre

 

Sainte Barbe – Barbora en slovaque, est fêtée le 4 décembre. Vierge et martyre, elle est la protectrice des mineurs, des artificiers, des artilleurs et des fondeurs. En Slovaquie elle était une sainte très vénérée et de nombreuses peintures ou sculptures ont été réalisées. Reconnaissable aisément par ses attributs que sont le glaive, un ciboire surmonté d’une hostie, une couronne, la palme de martyre et, le plus souvent, avec une tour à une, deux ou trois fenêtres (parfois sans) située près d’elle. Elle est représentée seule ou aux côtés de sainte Catherine d’Alexandrie, de sainte Marguerite d’Antioche et de sainte Dorothée.

Le jour de Sainte-Barbe est un autre jour de « sorcières » dans la croyance populaire slovaque, et la visite d’une femme, tôt le matin, est mal perçue. Par contre, la visite d’un homme est bénéfique, car il protégera la maison contre les sorcières. Cette croyance populaire était répandue dans une partie de la Slovaquie centrale.

En ce jour, autrefois, dans les campagnes slovaques, les femmes ne filaient pas, ne cousaient pas, ne préparaient pas les plumes pour les édredons, parce que ce travail pouvait être sous une influence néfaste des sorcières. C’était une interdiction superstitieuse de prévention contre les maladies du bétail à cornes, pour éviter qu’ils se blessent entre eux avec les cornes et aussi de prévention contre la perte de moutons dans la bergerie.

Une ancienne coutume slovaque, favorable pour les garçons, existait dans la vallée haute du Hron – région de Horehronie. Tôt le matin ils se regroupaient et formaient un cortège le jour de Sainte-Barbe. Ils allaient de porte en porte dans le village, avec un outil en acier ou en fer appelé oceľa ou ocieľka en main, cet outil en métal symbolisant la bonne santé. Alors, ils souhaitaient tout le bien et la bonne santé pour les habitants de la maison et en reconnaissance le maître de maison donnait quelques pièces de monnaies, car leurs visite était bénéfique, elle apportait la protection dans la maison contre les sorcières.

Une coutume un peu isolée dans le milieu rural des régions de Nitra et de Trenčín, était le cortège de Sainte-Barbe des filles ou jeunes femmes déguisées, appelées Barborky parfois accompagnées aussi par des garçons déguisés et vêtus d’une longue chemise blanche, le visage caché sous un voile. Les Barborky entraient dans les maisons du village avec le même rituel que le cortège des personnages déguisés, appelés Lucies le 13 décembre. Là, chaque Barborka – membre du cortège des Barborky, pourvue d’une aile d’oie1 ou d’une balayette composée de plumes d’oie qu’elles tiennent en main, elles vont, symboliquement, épousseter dans la maison. Le but de ce rituel est de chasser et de « nettoyer » le ménage qui pourrait être sous l’influence des puissances obscures néfastes.

Autre part, dans la région de Považie – région de la vallée du Váh, il y avait le cortège de quatre filles déguisées en Barborky. Le soir à la veille de la Sainte-Barbe, elles entraient dans la maison du village où étaient rassemblées des fileuses et si de jeunes hommes étaient présents, ils étaient frappés avec des cuillères en bois par les Barborky. Puis, elles dansaient en mesure rythmé sur les coups des cuillères en bois. Parfois il y avait un garçon portant un déguisement fait de gerbes de paille cousues (manches et jupon) qui dansait avec elles.

En milieu minier, sainte Barbe était une sainte très populaire. C’était la sainte patronne des mineurs, elle était/est invoquée contre le feu, la foudre et la mort subite.

Ce-jour-là, selon des traditions, les jeunes mineurs des environs de la ville minière de Banská Štiavnica, allaient de porte en porte dans les maisons du village minier en chantant des chants de Koleda, et invitaient les filles à chanter des cantiques de Noël.

Dans la commune de Radošiná – district de Topoľčany -, la veille du jour de Sainte-Barbe, de même qu’à la veille de la Saint-Nicolas et de la Sainte-Lucie, les garçons ou les jeunes hommes déguisés avec des masques allaient de porte en porte dans les maisons du village en silence, pour restent inconnus, et jouaient la mascarade. Dans les environs de Topoľčany, deux filles déguisées en Barborky, l’une tenant des plumes d’oie, la deuxième avec un balai entraient en silence dans la maison, balayaient le sol et époussetaient des coins et les murs pour les débarrasser des toiles d’araignées, et ressortaient toujours en silence.

Dans d’autre village, comme à Šurianky, dans le district de Nitra, le cortège de Sainte-Barbe des garçons déguisés et jouant la mascarade étaient accompagnés de la musique d’un accordéoniste et les jeunes hommes dansaient avec chaque personne rencontrée dans la rue du village.

La coutume de Bourgeonner des rameaux de Sainte-Barbe

Il est aussi d’usage, en ce jour de la Sainte-Barbe, de mettre un rameau d’arbre fruitier – soit un cerisier, soit un griottier, prunier ou pommier – dans une cruche contenant de l’eau afin d’obtenir des pousses et une floraison le jour de Noël. Si c’est le cas, l’année sera bonne pour l’agriculture et les arbres fruitiers.

Dans le village de Zámutov, dans le district de Vranov nad Topľou, une coutume du jour de la Sainte-Barbe est appelée la Plantation des cerisiers. Un membre de la famille de la maison coupe pour chaque membre de la famille un rameau de cerisier. Chaque rameau de cerisier est identifié avec chaque membre de la famille, et est marqué de son nom. Les rameaux de cerisier sont posés ensemble dans un vase sur un endroit chaud et on attend jusqu’à la Noël. Si une branche de cerisier fleurit avant la Noël, cela signifie une longue vie pour le membre de la famille dont le nom est inscrit.

Aujourd’hui, les anciennes coutumes des fêtes agraires et cultuelles sont présentées par les groupes folkloriques locaux et par les ensembles des danses et chants populaires slovaques surtout lors des festivals folkloriques. Par exemple, au village de Zámutov, où dès 1964, le groupe folklorique Zamutovčan, a continué à développer et présenter les traditions populaires de ses ancêtres de la région de Haut Zemplín.

Mais parmi les traditions conservées jusqu’à nos jours dans la population slovaque, la coutume la plus populaire et toujours en cours, bien que parfois adaptée à nos temps modernes, est la coutume de Bourgeonner des rameaux de Sainte-Barbe. C’est ainsi que dans la région de Liptov, dans le village montagnard de Vlkolínec2, la coutume est de faire bourgeonner des rameaux de Sainte-Barbe à partir du prunellier ou épine noire (Prunus spinosa), tandis qu’à 10 kilomètres, dans la ville de Ružomberok, ce sont des rameaux de forsythia.

C’est ainsi que ces rameaux fleuris sont devenus une partie décorative de Noël dans les maisons slovaques.

Dans la population plus âgée, pour la plupart, le rituel de manger de l’ail fait souvent appel à la vertu curative de celui-ci, mais sert aussi parfois de prévention contre des maléfices…

Mais, aujourd’hui, et comme en d’autres lieux, la mascarade des Barborky a subi l’influence du tourisme et se déroule le plus souvent à l’occasion de festival folklorique.

Dictons populaires pour la météo

Il y a aussi quelques pronostics slovaques de prévisions populaires météorologiques. On disait « Tel temps est au jour de la Sainte Barbe, tel temps sera jusqu’à Noël » ; cela signifie un temps stable pour les prochaines semaines ou : « sainte Barbe tire la luge dans la cour de la maison », cela signifie que les premières neiges arrivent sur les hauteurs de pays.

Notes

1 Une aile d’oie était un outil utilisé habituellement avant la cuisson de pains pour « dépoussiérer » le four à pain domestique. Des plumes d’oie assemblées et maintenues par une ficelle formant un pinceau était aussi utilisé comme pinceau de pâtisserie.

2 Vlkolinec est un village constitué de maisons en bois, situé près de la ville de Ružomberok et qui, en sa qualité de réserve historique d’architecture populaire, est inscrit au Patrimoine de l’UNESCO depuis décembre 1993.

Eglises dédiées à sainte Barbe en Slovaquie

L’église franciscaine (18e siècle) de Žilina est dédiée à sainte Barbe.
Dans la Chapelle de Sainte-Barbe de l’église gothique paroissiale de Banská Bystrica, ancienne ville minière, se trouve un autel-retable en bois de type armoire avec ailes mobiles qui provient de l’atelier de Maître Paul de Levoča (16e siècle). Le centre de l’armoire est rempli par un groupe de statues sculptées de la Vierge Marie, de Saint Hiéronyme (Jérôme) et de sainte Barbe. Les ailes du retable sont peintes avec des épisodes de la vie de Saint Hiéronyme et de Sainte Barbe.
Dans l’église gothique Saint-Égide à Bardejov, on y trouve un retable de 1460, dédié à sainte Barbe. Elle y est représentée en compagnie d’autres saintes : Catherine d’Alexandrie, Marguerite d’Antioche, Cunégonde et Lucie.
Dans le skanzen – Musée en plein-air du village de Liptov à Pribylina se trouve l’ancienne église dédiée à la Vierge Marie du village Svätá-Mara disparu sous les eaux du barrage de Liptovská Mara. A l’intérieur se trouve le retable des Quatre Vierges et Martyrs, daté de 1677. Sainte Barbe est accompagnée de sainte Élisabeth de Hongrie, sainte Catherine et sainte Marguerite d’Antioche.
Dans le village de Hervartov, se trouve l’église en bois classée de l’UNESCO, à l’intérieur se trouve le retable principal en bois peint de la Vierge Marie accompagnée de sainte Barbe et de sainte Catherine, daté de 1460-70.
Dans l’ancienne église gothique de Tous les Saints à Ludrová-Kút, de 2 km près de la ville de Ružomberok, on peut voir la fresque de sainte Barbe peinte sur l’intrados (début du 15e siècle).
Le Musée de Liptov (Liptovské múzeum) à Ružomberok, abri le retable principal en bois polychromé de cette église avec le panneau peint (vers 1527) où se trouve sainte Marguerite d’Antioche, sainte Catherine d’Alexandrie et sainte Barbe, avec ses attributs, le calice et l’hostie.

Voir :

www.liptovskemuzeum.sk/expozicie/muzeum-liptovskej-dediny-pribylina

www.vlkolinec.sk

Texte extrait de notre conférence : Les traditions de Noël en Slovaquie

Photos: Alice Hura, Charles Bugan

Sources

Ľudová kultúra. Zuzana Beňušková. Kultúrne Krásy Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradície. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Vianoce na Slovensku…od Ondreja do Troch kráľov. Zuzana Drugová, 2008. Slovak-edition – Ottovo Nakladatelstvi. 2009

Z ľudovej kultúry Turca. Eva Pančuhová, Zora Mintalová a kolektiv. Matica slovenská. 2004

Kostol Všetkých svätých v Ludrovej-Kúte. Svedok stáročí. Mária Anderssonová, Branislav Močáry, Peter Svrček ml, Jozef Vandák. Ed. Branislav Močáry SOVA

Le culte des saints catholiques en Europe centrale et orientale. Jean-Pierre Irali. Ed. Romaines. 2011

Autels dans les collections des musées et des galeries en Slovaquie et en Bohême. Galerie Nationale Slovaque Bratislava. Ed. i+i print, Bratislava. 1991

La légende dorée. Jacques de Voragine. Ed GF Flammarion. 1967

Le livre des Masques. Michel Revelard, Guergana Kostadinova. Ed. La Renaissance du livre. 1998

Saint André, le 30 novembre

Le jour de la Saint-André, le 30 novembre, nous sommes entrés depuis peu dans la période dite « jours des sorcières » lesquels sont aussi perçus comme « jours magiques ». Lire notre article de la Sainte-Catherine, qui est le premier de ces jours fascinants de la superstition populaire slovaque.

Des siècles de misères, de souffrances et de peurs ont amenés les famines, les épidémies de pestes et les guerres, lot quotidien de la population, d’où un immense besoin de protection. L’apport de la spiritualité chrétienne médiéval, avec le culte des saints, des reliques…va intégrer, remplacer les coutumes archaïques, les superstitions populaires sans toutefois les supprimer complètement. La magie bienfaisante est donc une réponse à une situation d’insécurité et de peur dans le milieu rural à l’époque féodale et dans les temps qui vont suivre car la plupart de ces rites étaient encore très vivaces jusqu’à la seconde guerre mondiale. Par après, elles vont se dissiper pour ne plus être, de nos jours, que des occasions de faire la fête, quoique…

Les interdictions superstitieuses

Jadis, le jour de Saint-André, les femmes du village ne pouvaient pas filer. Cette superstition était en vigueur dans toute la Slovaquie. On croyait qu’enfreindre cette règle provoquerai la maladie de tournis chez les moutons ou l’arrivée d’un loup dans le troupeau de moutons.

Le jour de la Saint-André les gens évitaient de prêter quelque chose de la maison où habitait un homme portant le prénom André. On croyait qu’enfreindre cet usage allait provoquer un désastre dans leurs biens.

Dans la région de Horehronie – la vallée haute du Hron, les filles brisaient de vieilles marmites en argile sur la porte de la maison où habitait une personne prénommée André.

Dans la région d’Orava, les filles jouaient de mauvais tours amusant en guise de revanche vis-à-vis des jeunes hommes après la Sainte-Catherine.1

Le jour de la Saint-André, on observait d’anciens rituels des bergers, typiques pour les campagnes que l’on retrouvera aussi pendant les autres jours important en Slovaquie, notamment dans la région de Liptov. Les bergers visitaient les maisons du village et offraient une vergette d’une botte d’osiers pour chaque maitresse de maison qui aussitôt fouettait légèrement les jambes des bergers en exprimant des souhaits de bonne santé et de rester agile pendant la garde des moutons.

Dans le Hont au sud de la Slovaquie centrale, ils organisaient le cortège des pasteurs du village appelé la Koleda2. Cette marche était pratiquée aussi par les vachers et les porchers. A cette occasion, le pasteur avait une grande trousse de toile en brins dans laquelle il déposait les offrandes (du pain, un sachet de blé et de petits sachets de légumineuses). Les maitresses recevaient une vergette pour accomplir le rituel déjà mentionné. Cette vergette était conservée jusqu’au printemps, jusqu’au premier pâturage, et était alors utilisée pour fouetter, symboliquement, le bétail en leur souhaitant de garder une bonne santé toute l’année.

Dans la vallée du Hron, une coutume répandue et pratiquée très tôt le matin le jour de la Saint-André, était la marche d’un cortège de petits garçons du village. Ils tenaient en mains un objet en fer ou un outil en acier appelé oceľa ou ocieľka et visitaient les maisons du village en exprimant des souhaits de bonne et forte santé comme le fer en récitant de petites formules magiques.

Dans la région d’Orava, les hommes visitaient les maisons du village très tôt le matin pour éviter la première visite mal perçue d’une femme à la maison3. Dans le village de Babín, un cortège des hommes du village se déplaçait en exprimant des souhaits de bonne santé, de bonheur et de bénédiction divine, et aussi de bonne récolte et l’amour pour tous les habitants et qu’ils vivent en bonne intelligence et en sincérité dans la maison. Puis, ceux qui prononçaient les mots de ces souhaits pour l’année suivante, effectuaient une gambade sur un pied, déposait un baiser sur la table et continuaient en récitant des mots de souhaits de subsister comme cette table.

Dictons météorologiques populaires de la Saint-André

La neige qui tombe à la Saint-André dure longtemps et reste jusque la Saint-Grégoire, le 12 mars, puis elle se fond dans les ruisseaux.

Tel temps à la Saint-André, tel temps pour tout l’hiver

La neige de la Saint-André n’est pas bonne pour le seigle

La neige de la Saint-André mange le pain de seigle

Dans le Sud de la Slovaquie, on dit : « Si le jour de Saint-André est sous le grondement du tonnerre (de l’orage), la récolte prochaine des noix sera mauvaise » ou « si les arbres fruitiers sont sous la pluie le jour de Saint-André, il y aura moins de fruits ».

La Prophétie amoureuse du jour de Saint-André

Mais ce jour est aussi un jour de la « magie de l’amour » pour les jeunes filles à marier, et ce par la prophétie d’avoir un mari. En effet, dans la tradition populaire slovaque, saint André est considéré comme le patron des fiançailles.

Un rituel traditionnel consiste en une préparation culinaire dans la région de la vallée du Hron de même que dans la région de Nitra, de Spiš, de Liptov et d’Orava. On ébouillante des halušky (sorte de gnocchis) à l’intérieur duquel est dissimulée une petite feuille de papier sur laquelle est inscrit le nom d’un homme libre, potentiel futur mari. On ouvre le premier haluška remonté à la surface de l’eau bouillante, on l’ouvre et on lit le nom, ce sera celui … du futur mari.

Autre rituel de cette magie d’amour, et toujours pour la prévision du futur mari et du mariage.
La prophétie se déroule, cette fois, avec une fonderie au plomb dans les régions de Turiec, de Spiš, de Hont. On coule du plomb en fusion au travers d’une anse de clé et au-dessus d’un récipient contenant de l’eau en prononçant la formule magique suivante : « Ondreju, Ondreju, na teba olovo lejú, daj mi v noci znať, s kým ja budem pri oltári stáť ! – André, André, en ton nom je coule du plomb, tu découvriras pour moi cette nuit, qui se placera avec moi à l’autel » (pour la noce).

D’après la forme du plomb refroidi, les filles devinent la profession du futur mari.

Une autre superstition slovaque de la Saint-André dans la région de Horehronie est le semis des graines de chanvre par des filles. Les filles jettent par la fenêtre d’une maison où habite un André des graines de chanvre à textile, le jour de la Saint-André en récitant des formules magiques destinées à remplir ses souhaits de mariage : « André, André, je te sème du chanvre, Dieu laisse-nous savoir si l’on se mariera ».
Si les habitants étaient favorables aux filles faisant ce rituel, c’est-à-dire les invitaient à la maison ou leur souhaitaient bientôt un mariage, cela signifiait pour elles une chance de se marier rapidement.
La même version de ce rituel existait aussi pour les hommes célibataires du village. Les filles du village jetaient les graines de chanvre par la fenêtre d’une maison où habite un jeune homme célibataire.

Et encore, dans la région de Turiec, le jour de la Saint-André, la jeune fille verse des grains de chanvre sous son coussin en prononçant cette formule magique : « En ce jour en ton nom, André, je sème des graines de chanvre, mais je ne les sème pas pour qu’il pousse, mais pour que mon amoureux vienne à moi ». Puis elle plaçait un pantalon d’homme sous la tête ou sous l’oreiller avant de s’endormir et attendait de quel jeune homme du village elle allait rêver.

Au plus les rituels étaient compliqués le jour de la Saint-André, au plus le résultat devait être certain. Pour cela, de nombreuses jeunes filles ne mangeaient pas durant la journée de Saint-André et elles sortaient le soir dans la cour de la maison en prenant une poignée de graines de lin. Elles les versaient autour d’un billot pour fendre le bois en prononçant la formule magique à chaque jetée de graines : « Je sème des graines de lin autour du billot, André, laisse-moi savoir avec qui je dormirai lors de la nuit de noces dans un an ». Des coutumes similaires de semis de chanvre ont été enregistrées dans d’autres régions slovaques : Šariš, Zemplín, Hont, Novohrad.

Dans les régions de la Slovaquie centrale, les filles secouaient les clôtures en bois en prononçant les formules magiques destinées à réaliser ses souhaits de mariage.

Dans le nord de la région du Hont, où la clôture en bois était dialectalement appelée lesa, les filles devaient aller le soir à la clôture de la maison où habitait une personne célibataire prénommée André. Les filles secouaient la clôture en bois en prononçant la formule magique : « Je secoue, je secoue la clôture, d’où aboie le chien, là se trouve aujourd’hui mon mari prédestiné »

Dans la région d’Orava, à Tvrdošín, la fille allait secouer le poteau de la clôture de la maison où elle souhaitait se marier.
Une autre coutume consistait à compter les poteaux d’une clôture, de frapper sur l’étable pour voir si le cochon grognait, d’arracher de la paille de la chaumière, de jeter des tabliers sur le toit en bois, de secouer un prunier comme dans le sud du Hont en disant : « Prunier, je te secoue, Saint-André je t’en supplie, laisse-moi rêver avec qui j’irai à l’autel ».
Une autre coutume consistait à écouter les aboiements des chiens afin de déterminer de quel côté les jappements arrivent car c’est de ce côté que la jeune fille trouvera son futur mari.

Près de Banská-Bystrica, les filles se mettaient des pantalons d’homme sous le coussin la nuit de la Saint-André mais ne devaient en parler à personne. L’homme dont elles rêvaient devait devenir leur mari.

Encore dans la région du Hont, les filles allaient frapper sur le puits en bois avec une cuillère en bois (celle qu’elles utilisaient pour sortir les halušky de l’eau bouillante) en disant « Je toque, je toque aujourd’hui, pour qu’où se trouve mon amoureux aboie un chien ». Elles devaient se marier du côté du village où un chien aboyait.

Dans les environs de Trenčín, les filles mettaient un anneau de fiancé sous le coussin pour espérer rêver de l’homme qu’elles devaient marier. Ce rituel était pratiqué avec un anneau qu’une femme avait déjà utilisé lors de son mariage.

A Bánovce nad Ondavou (région de Zemplín), le soir, les filles allaient au puits et criaient « André, André, donne-moi un bon mari ». Il arrivait que des jeunes hommes cachés derrière le puits répondent « J’ai donné le diable à une, et j’en ai donné deux à une autre ! »

Notes

1 Voir notre article sur la Sainte-Catherine : http://vaheurope.eu/?p=355

2 La koleda est un cortège qui se déplace dans le village de porte en porte où là les membres qui la compose récitent ou chantent les formules souhaitant la bonne santé et le bonheur pour les habitants et de fertilité pour le bétail et les champs…

3 Par crainte que ce ne soit une sorcière.

Texte extrait de notre conférence : Les traditions de Noël en Slovaquie

On trouve des églises dédiées à saint André à Ružomberok, à Komárno, à Pečovská Nová Ves, à Kremnica l’église-rotonde et l’ancienne église à Sebeslavce sous le château-fort de Blatnica.

Sources

Ľudová kultúra. Zuzana Beňušková. Kultúrne Krasý Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradicie. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Vianoce na Slovensku…od Ondreja do Troch kráľov. Par Zuzana Drugová, 2008. Slovak edition – Ottovo Nakladatelstvi, 2009

Z ľudovej kultúry Turca. Eva Pančuhová, Zora Mintalová a kolektiv. Matica slovenská. 2004

Le culte des saints catholiques en Europe centrale et orientale. Jean-Pierre Irali. Ed. Romaines. 2011

Sainte Catherine, le 25 novembre

Le 25 novembre, jour de la Sainte-Catherine, est en Slovaquie, le symbole de la jeunesse, de la musique et de la danse. Le bal de la Sainte-Catherine est toujours populaire à ce jour.

La sainte patronne du jour, sainte Catherine d’Alexandrie, qui subit le supplice de la roue, devint de bonne heure la patronne de tous les métiers utilisateurs ou fabricants de roues, à commencer par les meuniers et les charrons.

Le jour de la Sainte-Catherine, c’est le jour du règne des femmes, elles organisent et dirigent les réjouissances et dansent au bal, elles invitent les hommes à danser et payent la musique. Quant aux hommes, ils ne peuvent consommer d’alcool jusque minuit mais après… les femmes permettent aux hommes de boire de l’alcool.

C’est une coutume, très ancienne, répandue dans le milieu rural et même dans le milieu urbain, qu’est la soirée dansante de la Sainte-Catherine – le Bal de Catherine. C’est le dernier jour avant la période qui précède la Noël, où pendant quatre semaines il est interdit de danser, de jouer de la musique, et même les mariages. Cette interdiction résulte d’une décision du synode de l’Église à Aachen(Allemagne) en 922. L’introduction de l’Avent par l’Église était ciblée contre les nombreux festins, amusements et jeux qui étaient très populaire au Moyen Âge dans toute l’Europe avant le solstice d’hiver. Une part, certes modeste, reste du temps de ceux-ci, c’est le bal de Sainte-Catherine – Bal de Katarina.

Dans la région d’Orava, on y s’amuse bien. Au Bal de Katarina, les jeunes hommes sont déguisés avec des masques de femmes et jouent des parodies.

La nuit de la Sainte-Catherine appartient aux jeunes gens. Encore dans la région d’Orava, une coutume bizarre de la nuit de la Sainte-Catherine était pratiquée par les jeunes hommes. Secrètement ils déplacent et cachent les outils de travail des filles du village. Mais la veille de Sainte-Catherine, les filles elles-mêmes cachent leurs outils de travail. Néanmoins, même si elles ont bien cachés leurs outils, les jeunes hommes les cherchent et les trouvent. Ils bâtissent alors une pyramide avec ces outils à proximité d’un ruisseau, et bien sûr les outils tombent dans l’eau… Ou ils bâtissent avec ces outils une couronne au sommet d’un arbre ou ils les placent sous le toit des maisons. Ailleurs, les jeunes hommes démontent et déplacent la porte d’entrée de la basse-cour de maison et la remontent plus loin (dans un champ, une prairie…), ou ils déplacent le char à foin à un endroit difficilement accessible ou encore, ils accumulent un tas de bois devant l’entrée de la maison ou des latrines du voisin.

Et le matin de la Sainte-Catherine, quand les filles courent et cherchent leurs outils dans le village, elles deviennent la cible de moquerie puisque les habitants du village disent par dérision : « elles volent comme les sorcières ».

Dans la région de Banská Bystrica, la jeunesse du village de Priechod organise le jour de la Sainte-Catherine la marche de Katrena (Katarina en patois local). Les filles et des garçons déguisés marchent de porte en porte des maisons du village, en groupes de cinq ou six. Ils font du bruit avec les cloches de bétail, frappent sur les fenêtres et effraient les enfants et leurs demandent s’ils disent bien leurs prières et s’ils respectent bien leurs ses parents.

Il était aussi habituel de manger de l’ail et de tracer des croix avec l’ail sur les portes des maisons pour se protéger contre la magie noire des sorcières. Cette fête de Sainte-Catherine est pour ceux qui aiment la musique et la danse, la dernière chance de s’amuser avant les jours d’abstinence de l’avent.

Et puis commence l’avent – quatre semaines avant la Noël – période calme. Il va régner une rigide interdiction de danser, c’est la sainte quarantaine. Mais, après le jour de la Saint-Etienne, le 26 décembre, il sera permis de danser à nouveau, ce sera la réunion dansante de la Saint-Etienne.

Selon le calendrier du paganisme slave ancien, le 25 novembre est le jour de l’arrivée de la déesse Morena, symbole de l’hiver et de la mort et c’est le premier jour des Jours de sorcières selon les us et coutumes populaires en Slovaquie. Du 25 novembre, jour de la Sainte- Catherine jusqu’au 21 décembre, jour de la Saint-Thomas, ce sont les Jours des sorcières : ils comportent les jours magiques de la fête de sainte Catherine, de saint André, de sainte Barbe, de saint Nicolas, de sainte Lucie et de saint Thomas.

Les Jours des sorcières, car ce sont des jours très courts, où la dominante est la nuit noire. C’est un temps propice pour les activités des puissances obscures et de la magie noire. Les superstitions donnent une influence néfaste aux sorcières. Des sorcières qui vont nuire au bétail et aux gens.

Les villageois superstitieux se défendront contre la magie noire en utilisant, comme support éprouvé : l’ail, l’oignon, l’eau bénite, la fumée de myrte… et le symbole de la croix.

Dans les recueils de contes et légendes slovaques rassemblés par le pasteur protestant Pavol Dobšinský (1828-1885), grand collectionneur et éditeur des contes populaires slovaques au 19e siècle, on trouve l’enregistrement d’un usuel ancien des bergers de Liptov. La veille du jour de Sainte-Catherine, les bergers du village sonnent de la trompe bergère et marquent avec l’ail d’un signe de croix les portes, les serrures et les loquets des étables et des écuries pour les protéger contre les sorcières, et par sécurité les chevaux ne sortent pas, de même on ne promène pas les vaches par crainte que le lait ne soit volé par des sorcières.

Mais d’autres superstitions existent, en voici des exemples.

Le 25 novembre – jour de la Sainte-Catherine, la visite d’une femme, tôt le matin, est mal perçue. En effet, la superstition fait que si la maison reçoit la visite matinale d’une femme, les habitants croient que, toute l’année, la poterie se brisera et que bien d’autres malheurs arriveront. Par contre, la visite d’un homme est bénéfique, car il protégera la maison contre les sorcières.

Dans la région de Gemer (sud-est de la Slovaquie centrale), les petits garçons visitaient tôt le matin (avant l’aurore) des maisons du village et ils souhaitaient du bien en récitant de petites formules magiques : « Les Catherine, les Catherine, nous vous souhaitons que vos marmites ne se brisent pas et que vos poules pondent bien ! ». Cette superstition du jour de Sainte-Catherine persistera dans le milieu rural jusqu’à la moitié du 20e siècle.

Parmi autres superstitions slovaques liés avec le jour de la Sainte-Catherine, on peut citer aussi ainsi le bris des marmites en argile sur la porte de la maison, cet acte avait pour but de rassurer les maitresses de maison, les poules vont bien pondre et il y aura beaucoup de petits poulets dans le poulailler.

Un autre comportement curieux très répandu avait encore cours avant la Première guerre mondiale à Vikartovce, village dans la région de Šariš en Slovaquie orientale. Les mères de familles demandaient aux enfants, le soir de la Sainte-Catherine, de gratter et de prendre en mains de la terre au-dessous du lit, les sols de maisons pauvres à cette époque étaient en argile lissé. Si dans cette terre grattée par les enfants on trouvait un petit coléoptère, on disait que l’année suivante l’élevage des cochons se porterait bien.

Mais encore, jadis, le jour de la Sante-Catherine, les femmes du village ne pouvaient pas filer sur le rouet, ni faire de la couture1. Si une femme pratiquait un tel travail, l’été de l’année suivante au cours des travaux des champs, ses doigts allaient devenir purulents.

Autre superstition ce même jour. Les âmes des morts cheminent hors du royaume des morts et errent pour quelques temps parmi les vivants. En chemin, les morts peuvent rencontrer les vivants à un carrefour, endroit redoutable pour les vivants, c’est pourquoi l’on dresse une croix à cet embranchement ! La croyance chrétienne conjuguée à un élément du paganisme villageois est ainsi appliquée contre les démons et les revenants.

La Prophétie amoureuse des jeunes gens en Slovaquie

Autrefois, le jour de la Sainte-Catherine était le premier des jours de la magie amoureuse des jeunes gens en Slovaquie. Les autres jours seront le jour de Saint-André, 30 novembre très favorable pour la pratique de la prophétie de mariage par les filles comme le jour de la Sainte-Lucie (13 décembre).

Par exemple, les filles de la vallée de Hornád (rivière en Slovaquie orientale) se rencontrent au soir de la Sainte Catherine et préparent ensemble les halušky (espèce de gnocchis) traditionnels. Pour réaliser la prophétie amoureuse, la farine pour les halušky, la planche en bois à découper et la cuillère en bois devaient être volées et l’eau de cuisson devait être apportée du ruisseau dans la bouche par les filles. Dans chaque haluška préparé mais pas encore cuit, elles cachent un petit papier sur lequel est écrit le nom des jeunes hommes favoris et tout de suite les halušky sont cuits à l’eau bouillante. Le premier des halušky qui remonte à la surface de l’eau bouillante, la fille se mariera avec le jeune homme qui porte ce nom.

Une autre prophétie amoureuse, qui provient de Kravany, un village de la région de Zemplín (en Slovaquie orientale), les filles y font un oracle avec les aiguilles. Quand la fille parvient de la première fois à piquer une aiguille dans l’écorce d’un saule, elle se mariera au courant de l’année. Mais si l’aiguille se brise, elle restera à la maison chez les parents. Dans le village de Hranovnica près de Poprad, dans la région de Spiš, les filles amoureuses font un chemin parsemé de sciure de bois, qui va de la maison de son amoureux jusqu’à chez elle afin d’assurer sa liaison amoureuse à demeure.

Sous le château-fort de Muráň, le jour de Sainte-Catherine, lorsque les cloches de l’église sonnent à midi, les filles du village jetaient ensemble des couronnes composées de feuilles de plantes dans le ruisseau. Si la couronne de la fille flotte une certaine distance et ne reste pas bloquée, cette fille se mariera encore cette année.

En milieu urbain, une autre prophétie amoureuse était aussi connue au jour de la Sainte-Catherine : il s’agit de bourgeonner des rameaux. Cet acte s’était aussi répandu en milieu rural mais pendant les derniers siècles. Ce jour, les filles coupent un rameau divers à partir de n’importe quel arbre fruitier et des brindilles d’arbrisseaux. Chaque branche symbolise un souhait de la fille. La première branche qui bourgeonnera ou fleurira le jour de la veille de Noël (Štedrý deň ou Vigila suivant la région de Slovaquie), le 24 décembre, ce souhait s’accomplira lors de la nouvelle année.
Ailleurs, on croit que l’arbre fruitier duquel la branche bourgeonne annonce une bonne récolte de fruits l’année suivante. Où encore, les filles plantent de petites branches de cerisier dans un pot rempli de sable et chaque jour, au début de la matinée, elles arrosent ces branches avec l’eau apportée du ruisseau dans la bouche. Si la branche fleurit le jour de la Veille de la Noël, la fille croit qu’elle se mariera au cours de l’année.

En Slovaquie, dans les régions viticoles situées aux pieds des Petites Carpates, les vignerons locaux invitent à la dégustation de leur nouveau vin au jour de la Sainte-Catherine, le 25 novembre. L’ouverture des caves à vin dans les vignobles lors de la fête de Sainte-Catherine, une nouvelle habitude ou bien une coutume oubliée, est en tout cas bien établie dans les domaines viticoles de Modra, de Skalica et autres situés entre Bratislava jusqu’à Trnava.

Des dictons pour le jour de la Sainte-Catherine :

« Na svätú Katarínu skrývame sa pod perinu » – « à Sainte-Catherine, nous serons bien au chaud sous les plumes »2

« Katarína na ľade a Vianoce na blate » – « à Sainte-Catherine sous la glace et Noël dans la boue ».

« Katarina zaviera muziky, berie hudcom husle » – « sainte Catherine arrête la musique, les musiciens rangent leur violon ».

Notes

1 Dans la mythologie slave, les sorcières se transforment en aiguille, pelote, sac, botte de foin.

2 Dans l’expression « sous les plumes », les « plumes » sont l’édredon en duvet d’oie.

En Slovaquie, les églises de Kremnica, de Dolný Kubín, de Kysak, de Hrboltová près de Ružomberok, de Jánovce, de Kluknava, de Hertník sont dédiées à sainte Catherine.

Texte extrait de notre conférence : Les traditions de Noël en Slovaquie

Sources

Vianoce na Slovensku…od Ondreja do Troch kráľov. Par Zuzana Drugová, 2008. Slovak edition – OTTOVO NAKLADATELSTVI, 2009

Ľudová kultúra. Par Zuzana Beňušková. Kultúrne Krásy Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradicie. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Z ľudovej kultúry Turca. Eva Pančuhová, Zora Mintalová a kolektiv. Matica slovenská. 2004

Le monde mythologique russe. Lise Gruel-Apert. Ed. Imago. 2014

Le culte des saints catholiques en Europe centrale et orientale. Jean-Pierre Irali. Ed. Romaines. 2011

Icônes et saints d’Orient. Alfredo Tradigo. Guide des Arts. Ed. Hazan. 2005

Reconnaître les saints. Symboles et attributs. B. Des Graviers et T. Jacomet. Ed. Massin. 2006

Saint Martin, le 11 novembre

Le 11 novembre est le jour de la Saint Martin. En Slovaquie, dans l’ancien calendrier, la croyance veut qu’il symbolise l’arrivée de l’hiver, tel saint Martin sur son cheval blanc (1). En Slovaquie, pays de montagnes, normalement à cette date correspond, plus ou moins, la chute de la première neige et les derniers bergers rentrent au village.

Les villageois slovaques préparent alors le festin de la Saint Martin avec comme plat principal, l’oie rôtie (2), et comme friandise une pâtisserie en forme de fer à cheval farcie au pavot ou à la confiture ou encore de pâte de noix,. Ce repas symbolise les attributs de saint Martin : une oie, un fer à cheval (blanc). Ce festin et l’organisation d’un marché sont toujours très populaires de nos jours en Slovaquie.

C’est aussi à la Saint Martin que, selon la tradition populaire, l’ours se retire pour hiberner, ou tout au moins au début du mois de novembre.

(1) Saint Martin et son cheval blanc signifie que la neige ne tombe plus seulement dans la montagne, mais qu’elle arrive aussi dans les plaines.

(2) Selon une légende, des oies auraient perturbés saint Martin lors de ses sermons. Comme punition elles seront mangées et passeront auparavant au feu de la rôtissoire (de l’enfer ?).

En Slovaquie, plusieurs églises sont dédiées à saint Martin. Citons notamment la cathédrale de Bratislava (14e-15e siècle), l’église romano-gothique du village de Martinček (13e siècle), l’église rotonde de Jalšové (12e-13e siècle), l’église de Hontianske Nemce (13e siècle)…

NB: Texte extrait de notre conférence : Les traditions de Noël en Slovaquie

Sources

Ľudová kultúra. Zuzana Beňušková. Kultúrne Krasý Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradicie. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Vous souhaitez poser une question, demander une info, écrivez à  vaheurope@gmail.com

Les traditions de Noël en Slovaquie

La sagesse populaire s’est formée au gré des saisons grâce au rappel que la nature nous envoie régulièrement et, à ce sujet, il est bon de nous souvenir que la vie active dans les villes a estompé petit à petit notre sensibilité aux choses de la nature. Ainsi on peut se poser quelques questions comme « de nos jours, qui observent le ciel lorsque la nuit est tombée ? Quelques amoureux, quelques astrologues en herbe ou confirmés » ou encore « qui peut reconnaître un oiseau par son chant ? Par son aspect même ? »

L’époque moderne – après la deuxième guerre mondiale – a apporté une nouvelle ère nous faisant entrer dans la « modernité ». Le réfrigérateur, la lessiveuse, la télévision, le pc, le gsm… ont bouleversés les habitudes et, imperceptiblement mais d’une manière exorable, les traditions « archaïques » sont passées au second plan et nous nous sommes éloignés de ces coutumes. Si l’on retrouve encore quelques traditions aujourd’hui dans les villages, on peut affirmer que dans les villes, ces coutumes ont disparus ou alors elles sont encore perpétuées par quelques amoureux ou nostalgiques, de ces traditions.

Aujourd’hui il nous arrive d’oublier que, dans des temps pas si anciens, l’année était organisée sur la base d’une succession de fêtes. Des fêtes qui rythmaient le temps et les travaux agricoles et ce dans l’ensemble du monde rural européen.
Les traditions populaires perpétuées dans les villages, qu’ils soient belges, allemands, italiens, bulgares, slovaques… en sont la preuve et si besoin, ils existent encore et toujours pour nous le rappeler, même si hélas, des éléments se perdent.

C’est une des raisons qui fait que l’existence de groupes folkloriques, de musées ethnologiques, de musées en plein air garde toute son importance pour la mémoire collective des hommes.

Mais revenons à notre sujet qui se rapporte aux traditions et rites de fin d’année, et plus particulièrement aux traditions d’un pays qui m’est cher, la Slovaquie.

En Slovaquie, les traditions populaires du solstice d’hiver, et donc de la Noël, du nouvel an, mais aussi des jours qui précèdent et suivent, sont des traditions de fêtes païennes des anciens slaves, (ou des celtes) interpénétrées par le christianisme, tout comme chez nous en Europe occidentale.

Avant la fête de Noël, les anciens slovaques des villages se préparaient pour l’arrivée de l’hiver, le froid et les longues nuits passées dans l’obscurité avec toutes les craintes que ces ténèbres font naître dans l’imaginaire des gens. Imaginaire peuplé d’êtres étranges, de sorcières… Les travaux des champs étaient finis et les hommes et les femmes se consacraient aux travaux domestiques, au bricolage, au filage du lin et du chanvre, au travail de tisserand, à la couture de vêtements et du trousseau, à la préparation (déchirer) des plumes pour édredon, etc…

Les articles qui vont relater les « traditions de Noël en Slovaquie » vont couvrir la période qui court à partir du 11 novembre jusqu’à l’Épiphanie, le 6 janvier. Ils se dérouleront suivant le schéma suivant :

– le 11 novembre, jour de la Saint Martin
– le 25 novembre, jour de la Sainte Catherine
– le 30 novembre, jour de la Saint André
– Le 4 décembre, jour de Sainte Barbe – Barbora
– Le 6 décembre, jour de la Saint Nicolas
– Le 13 décembre, jour de Lucie, ou le jour de la magie blanche contre la magie noire
– Le 21 décembre, jour de Saint Thomas
– Štedrý deň, la veille de Noël, le 24 décembre
– Le Jour de Noël, le 25 décembre
– Le 26 décembre, jour de la Saint Etienne
– Le 28 décembre, jour des Mládatka (bébé innocents)
– Le 29 décembre, jour de Kolyada
– Le 31 décembre, la nuit de la Saint Sylvestre
– Le 1ier janvier, jour du Nouvel An
– Le 6 janvier, jour de l’Épiphanie

Textes extraits de notre conférence : Les traditions de Noël en Slovaquie

Sources

Ľudová kultúra. Zuzana Beňušková. Kultúrne Krasý Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradicie. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Vous souhaitez poser une question, demander une info, écrivez-nous à  vaheurope@gmail.com

 

Le monument de Strečno

A la gloire éternelle des fils de la France – Na večnú slávu synom Francúzska…

8 mai, 9 mai, deux dates de la commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale. En Slovaquie, un monument rappelle ce moment tragique que fut cette guerre. Dans cette Slovaquie acquise à l’époque aux idéaux des nazis, des hommes et des femmes ont combattus contre eux. Des résistants slovaques, mais aussi étrangers ont pris part à ce combat. Le monument de Strečno est là pour le rappeler.

Sur la route menant de Žilina à Martin-Vrútky on aperçoit le Monument aux combattants français situé sur la colline Zvonica (Clocher) tout près du village de Strečno en Slovaquie du Nord.

Dans la crypte située sous le monument de travertin, gisent les corps de 24 partisans français morts lors des combats de la libération de la Slovaquie. Des combattants français tombés au champ de bataille dans la vallée du Váh aux environs de Strečno (la bataille du Défilé de Strečno se déroula du 31 août au 3 septembre 1944).

Sous le commandement du capitaine Georges De Lannurien, le bataillon Foch des 155 partisans français combattent au sein de la brigade Štefanik des partisans slovaques contre les nazis.

Le 29 août 1956 a été inauguré le monument commémoratif, créé dans du travertin de Spiš, à la mémoire des morts aux champs de batailles pendant la Seconde Guerre mondiale et de la résistance slovaque contre les fascistes.

Pour rappel, c’est le 29 août 1944 que le Soulèvement National Slovaque S.N.P. (Slovenské Národné Povstanie) a été proclamé à Banská Bystrica, en Slovaquie centrale. Face à la puissance de l’occupant nazi, l’armée régulière et la résistance se sont repliées dans les montagnes slovaques avant de repartir à l’assaut contre eux.

La vue du défilé de Strečno donne un panorama imposant de la vallée de Váh, des montagnes de Malá Fatra (Petite Fatra), de la rivière Váh qui s’écoule paisiblement dans la vallée et des ruines du château-fort Strečno du 14ième siècle sur son rocher escarpé. Cette vue met en évidence l’importance du site lors des combats qui s’y déroulèrent.

Le Soulèvement National Slovaque mérite d’autant plus d’être mieux connu en France que 250 maquisards français y participèrent et que les Slovaques ne l’ont pas oublié. Ce monument érigé à Strečno, entre Žilina et Martin, au nord-ouest du pays, rappelle le sacrifice des maquisards français.
Ces maquisards étaient commandés par un Breton, Georges Barazer de Lannurien fils d’un général, lui-même Saint-Cyrien et officier de cavalerie, qui fut fait prisonnier en 1940, mais réussit s’évader de son camp en Silésie et à gagner les montagnes slovaques. Il regroupa et entraîna d’autres évadés français des camps de prisonnier allemands et son unité de partisans joua un rôle important dans les Carpates aux côtés des partisans slovaques. Georges Barazer de Lannurien devait être cité à l’ordre de l’armée par le général De Gaulle. Une stèle à Roscoff et une plaque commémorative à Saint-Malo rappellent le souvenir de ce Breton audacieux et courageux.

Lire notre article: « Célestin Joubier, porté disparu ».

Célestin Joubier, porté disparu

http://www.souvenirfrancais-issy.com/article-11681517.html

http://www.parolesdhommesetdefemmes.fr/maurice-simon-partisan-francais-execute-par-les-nazis-en-slovaquie-article00445.html

http://www.freebelgians.net/pages/sujet.php?id=resistance&su=240
info@vaheurope.eu

PS: Un état nominatif de la légion des combattants français en Slovaquie, dressé à la date du 29 septembre 1944, renseigne encore trois autres Belges, mais il n’existe au service des prisonniers de guerre aucun dossier à leur nom.

Il s’agit peut-être de travailleurs déportés, évadés également en Hongrie. Ce sont:

-DE MAERTELAERE Robert, né à Montigny-sur-Sambre le 13 octobre 1920 (tué à Strečno);

-PIRSON Louis, né à Bruxelles le 27 octobre 1912;

-VAN DER HEYDEN Roger, né à Thuillies le 20 janvier 1912, sergent.

Quant à Hubrechts, il donne le nom d’un autre Belge inscrit avec lui à la légion des combattants en Slovaquie. Il s’agit de

-FROIDURE Albert, né à Bouffioulx le 19 octobre 1921, soldat au 2ème régiment de chasseurs à pied, probablement travailleur déporté en Allemagne et évadé en Hongrie.

(Article pages 187 à 194 du livre de Georges Hautecler : Evasions réussies)

 

La Dame blanche de Levoča

Le mystère de la Dame blanche de Levoča enfin révélé ? Des recherches récentes semblent lever le voile de l’énigme. A la découverte de l’une de ces Dames blanches qui font partie de bien de légendes dans de nombreux endroits du monde.

La Dame blanche de Levoča, alias Juliana Korponay, a son portrait fictif peint sur la porte en bois dans la salle de l’ancien Hôtel de ville, édifice historique de Levoča.
Peinte sous l’influence du roman « La Dame blanche de Levoča », en hongrois « A Löcsei fehér asszony », écrit par le romancier hongrois Mór Jókai (1825-1904) en 1884. Ce roman, est une histoire d’amour et de venin, de trahison et de fidélité à l’époque de la guerre d’indépendance du prince François II Rakoczy en 1705 en lutte contre les Habsbourg.
L’héroïne du roman, la belle Juliana, qui a pour aspiration le bonheur de son fils, veut récupérer les biens héréditaires confisqués. Pour cela, elle va devenir une espionne impériale. Elle est envoyée dans la ville libre royale de Levoča alors assiégée par l’armée impériale car les patriciens protestants apportaient leur soutien aux rebelles de Rakoczy contre le gouvernement absolu des Habsbourg.
La belle Juliana va simuler de tomber amoureuse d’Etienne Andrassy, commandant des Kurucs, l’armée des rebelles de Rakoczy. Une nuit, elle dérobe les clefs d’une des portes de la ville, clefs qui se trouvaient sous l’oreiller d’Andrassy. Elle se rend à cette porte, l’ouvre et fait entrer les soldats impériaux dans la ville.
En réalité, Juliana Korponay (vers 1689 – 1714), était la fille de Sigismond Géczy, un gentilhomme d’Ožďany (en hongrois Osgyan). Il était colonel de la garde rapprochée d’Imre Thököly, un noble rebelle contre les Habsbourg. Juliana était l’épouse de Jan Korponay, conseiller municipal impérial, mais qui a déserté chez les Kurucs pour embrasser la cause des rebelles.
Selon la légende, en 1712, elle reçu des lettres des rebelles Kurucs émigrés en Pologne, lettres de conspiration qui appelaient à la révolte. Par ce geste elle perdit la confiance de l’empereur Charles III roi de Hongrie.
En 1714, pour sa trahison, elle est exécutée dans la ville hongroise de Györ, comme la première, et unique, femme ayant trahi sa patrie dans l’histoire du Royaume de Hongrie.
Selon de nouvelles recherches récentes conduites par les historiennes slovaques Dáša Uharčeková-Pavúková, Zuzana Lisoňová et Silvia Lörinčiková, les nouveaux faits collectés sur des lieux liés à l’histoire de Juliana Korponay comme Ožďany, son village natal, le château de Červeny Kameň, le château de Betliar et dans des archives des villes de Bratislava, Budapest, Györ et Mukačevo (Ukraine aujourd’hui), apportent une autre vision du mystère de La Dame blanche, Juliana Korponay. En fait, elle aurait été victime d’une erreur judiciaire.
Ces nouveaux éléments ont été présentés lors de l’exposition « Levočská biela pani – La Dame blanche de Levoča », de novembre 2010 à mai 2011 au château de Betliar et au Musée de Spiš à Levoča.
Selon ces historiennes, qui travaillèrent pendant trois ans sur ce sujet, la ville de Levoča n’a pas été prise par traîtrise par les soldats impériaux. En réalité, elle s’est rendue sans livrer bataille. Toujours selon leurs recherches, le bourgmestre et les conseillers de Levoča avaient négocié la capitulation de la ville avec le général impérial Löffelhoz et l’ouverture des portes aux Labans, les soldats des Habsbourg le 9 février 1710. Ainsi, la légende de Juliana est démentie.
La « nouvelle histoire » découverte de Juliana Korponay reconstruit son destin et dit que non seulement elle était une bonne fille mais aussi une épouse fidèle, une mère plein d’abnégation et une dame cultivée. Hélas, elle fut victime des intrigues de cette époque et accusée « d’avoir aidé la nouvelle vague de révoltes contre les Habsbourg ».
Les historiennes slovaques, ont aussi examiné un tombeau sous l’église d’Ožďany, village près de Rimavská Sobota dans la Slovaquie du sud, tombeau ou se trouvait le cercueil de Juliana Korponay. Mais la recherche anthropologique dirigée par Alena Šefčáková, du Musée National Slovaque de Bratislava, a démenti cette hypothèse.
Selon des documents d’archives d’Eglise de la ville de Györ, elle aurait été décapitée publiquement le 25 septembre 1714 à 11h00 sur la place, puis, avec d’autres exécutés, elle aurait été enterrée dans le cimetière près de la cathédrale de Györ. Le service funèbre fut assuré par le vicaire allemand François Kopscinay.
Le peintre de La Dame blanche de Levoča, peinture que l’on peut voir sur la porte en bois dans la salle de l’ancienne mairie à Levoča, est Wiliam Forberger (1848 – 1928), peintre paysagiste des Tatras et des architectures historiques. Certains de ses tableaux sont exposés dans le palais d’arts Albertina à Vienne. Il est né à Kežmarok et était originaire de la communauté allemande de Spiš (membre du groupe Karpathenverein, groupe touristique des Carpates), il a étudié la théologie à Prešov, puis les arts plastiques à Budapest, et comme instituteur débutant à Levoča, il a créé le tableau « Le mythe de la Dame blanche de Levoča ».

Références

Document de l’exposition « Levočská biela pani – La Dame blanche de Levoča », de novembre 2010 à mai 2011 au château de Betliar et au Musée de Spiš à Levoča.

 

29 août, jour du Soulèvement National slovaque SNP

Le 29 août est la date anniversaire du Soulèvement National slovaque contre le fascisme. En ce jour, la Slovaquie commémore cet événement de son histoire moderne.

Le Conseil national slovaque créé en 1943 et composé des différents partis politiques acquis à la résistance, va négocier avec des responsables de l’armée slovaque afin qu’ils se rallient avec eux pour provoquer un soulèvement contre le pouvoir officiel slovaque et les occupants allemands. Le 29 août 1944 à Banská Bystrica, au coeur de la Slovaquie, le mouvement démarre. Sous les ordres des généraux Ján Golian et Rudolf Viest 60.000 soldats vont se joindre à 18.000 partisans pour libérer la Slovaquie du fascisme.

Car depuis le 14 mars 1939, une République slovaque, dirigée par Jozef Tiso un évêque catholique, a été proclamée par la volonté d’Hitler qui démembra ainsi la Tchécoslovaquie par l’annexion des sudètes d’abord en 1938 et la création d’un protectorat allemand en 1939 en Bohême – Moravie.

Hélas, faute d’une coordination efficace et le peu d’aide de l’armée soviétique qui avaient d’autres plans, cette action, précipitée pour certain, sera vouée dans un premier temps à l’échec. Les troupes allemandes, mieux équipées et plus expérimentées vont riposter et, dans un premier temps, vaincre les partisans. Cela ne se fera pas sans représailles, Golian et Viest seront arrêtés et envoyés en Allemagne où ils seront exécutés.

Les partisans slovaques vont se réfugier dans les montagnes d’où ils mèneront une guerre d’escarmouches. Ils devront attendre le printemps 1945 pour se joindre aux troupes tchécoslovaques et soviétiques et enfin libérer le pays.

Cette résistance dans les montagnes amènera de nombreuses représailles de la part des troupes SS contre la population, comme dans les villages de Nemecká, Kalište…

On évalue à 15.000 morts, avec les représailles, les pertes slovaques.

Un fait remarquable est la présence du bataillon Foch composé de combattants volontaires français en Slovaquie, sous le commandement du lieutenant Georges Barazer de Lannurien, qui vont se joindre aux résistants slovaques. Lire notre article: Célestin Joubier, porté disparu.

http://vaheurope.eu/?cat=13

Le musée SNP de Banská Bystrica est entièrement dédié à l’histoire de ce soulèvement (les photos qui illustrent l’article viennent de ce musée).

http://www.muzeumsnp.sk

Besoin d’infos : www.vaheurope@gmail.com

Le Bethléem de bois de Rajecká Lesná

A 25 km au sud de Žilina, le village de Rajecká Lesná, connu sous le nom de Frivald jusqu’en 1948, existe un vieux lieu de pèlerinage où l’on honore la Vierge Marie depuis la fondation du village au 15e siècle. La première mention écrite date de 1413, quand le chevalier Stibor de Stiboricz Ispan (chef de comté) des comtés de Pozsony (Bratislava), Trenčín et Nitra, a donné le village de Frivald à Michal Valach pour « service fidèle ».

Dans ce village, un homme, Joseph Pekara, a sculpté dans le bois un ouvrage extraordinaire : le Slovenský Betlehem – le Bethléem slovaque.

Le Bethléem slovaque en bois de Rajecká Lesná est l’œuvre exemplaire, et unique, du maître – charpentier Joseph Pekara. Il a travaillé sur cet ouvrage pendant 15 années et ce chef-d’œuvre a été inauguré le 26 novembre 1995 par un évêque de Nitra.

Le Bethléem en bois de Rajecká Lesná est probablement le plus grand ouvrage sculptural réalisé sur bois en Europe. En effet, il se développe sur une longueur de 8,5 mètre pour une largeur de 3 mètre et une profondeur de 2,5 mètre.

La sculpture du Maître Joseph Pekara est une merveille. Il a sculpté dans du bois de tilleul un tableau de toute la Slovaquie. Nous y trouvons figuré, au centre, la naissance de Jésus dans une maison pauvre – la crèche – et dans la partie supérieure, la représentation symbolique de la culture slovaque par l’architecture – les châteaux, églises, villes et villages (on reconnaîtra aisément le château de Bratislava (dans la partie supérieure gauche) – mais aussi par, en-dessous, les métiers populaires qui, à l’aide de petites figurines mécaniques en bois nous montre la vie quotidienne de la nation slovaque. C’est ainsi que nous découvrons le labourage effectué par un attelage de vaches, la plantation d’un arbre en mai, le tissage, le filage, les vendanges, le travail dans la mine …

Assurément, ce Bethléem slovaque vaut le détour et de plus vous êtes à quelques kilomètres du beau village de Čičmany (au sud, à environ 11 km) et de la jolie station thermale de Rajecké Teplice (au nord, à environ 5 km).

www.muzeum.sk/?obj=pamiatka&ix=sbrj

Besoin d’infos: www.vaheurope@gmail.com

PS: N 64 de Žilina vers Prievidza, Rajecka Lesna est à 5 km au sud de Rajec. Un petit parking se trouve à proximité.

Le Bethléem de bois de Rajecká Lesná : détail de la sculpture

On retrouve dans cette oeuvre les symboles de la Slovaquie. A gauche, l’occident avec les châteaux de Bratislave et de Devin et à droite, l’Orient avec la cathédrale Sainte Elisabeth de Košice. Au centre, en bas, l’étable de la nativité et, au-dessus de l’étable, le mont Krivaň, symbole de la Slovaquie.

Voici quelques repères pour ʺlireʺ le Slovenský Betlehem – le Bethléem slovaque.

1 au centre:
une pauvre étable où Jésus est né. A ses côtés, les figurines de la Vierge Marie et de Joseph.

2 au-dessus à gauche:
le château de Bratislava au-dessu du Danube avec le pont moderne qui l’enjambe.

3
Le château de Devin situé au-dessus du confluent du Danube et de la Morava.

4
Les vendanges à Modra, centre viticole renommé des Petites Carpates (tout comme Pezinok) près de Bratislava.

5
La basilique de Šaštin, sanctuaire national consacré à Notre Dame des sept Douleurs (Protectrice de la Slovaquie).

6
La cathédrale Jean-Baptiste de Trnava.

7
La station thermale de Pieštany, où l’on soigne les rhumatismes et les maladies du système locomoteur. Le symbole de la ville est une statue d’un homme cassant sa béquille qui est placée sur le pont au-dessus du Váh.

8
La céramique faite main de la ville de Modra.

9
La cathédrale de Nitra.

10
Le château de Trenčin.

11
Le château de Bojnice.

12
Le village de Čičmany.

13
Le village de Rajecka Lesna.

14
La ville de Rajec, réputée pour la sculpture sur bois et la cordonnerie.

15
Au-dessus et à gauche de l’étable de Bethléem, il y a un troupeau de moutons qui paît tranquillement, protégé contre les ours par un berger et ses compagnons. On peut voir aussi un chien qui éloigne un ours.

16
Au centre, au-dessus de l’étable
Le mont Krivaň, symbole de la Slovaquie.

17
Žilina, ville historique et centre commercial moderne.

18
Le château d’Orava (Oravsky hrad) et son église adjacente

19
L’agriculture, ressource principale des habitants d’Orava et de Kysuce (régions de la Slovaquie du nord). Des paysans ramassent des pommes de terre, font les foins, ramassent les fruits des bois et les hommes travaillent dures dans les forêts pour l’exploitation du bois.

20
Banská Bystrica, ancienne ville minière, aujourd’hui ville moderne. Ville du départ du soulèvement national (SNP) en 1944 contre les nazis.

21
L’orchestre des frères Mucha de Terchová, célèbre groupe folklorique, connu en Slovaquie et à l’étranger.

22
Une noce à Ždiar. Sur une charrette, des musiciens et les invités conduisent la mariée vers sa nouvelle maison. Selon la tradition, les jeunes hommes du village empêche le futur marié de se rendre à la noce.

23
Spišské Kapitula, la porte vers l’est de la Slovaquie.

24
Levoča, l’église Saint Jacques et l’ancien Hôtel de ville.

25
L’église de Prešov qui domine la ville. Face à l’église, se trouve la statue de Neptune.

26 au-dessus, à droite
Le dôme de la cathédrale Sainte Elisabeth de Košice, merveille de l’architecture gothique.

27
Bardejov et l’église Saint Egidius, merveilleuse place et ville de thermalisme (à Bardejovské Kúpele).

28 en bas, à droite
Musée de l’architecture populaire à Bardejovské Kúpele dont une petite église en bois est un des éléments admirables.

29
Le labourage fait par un attelage de vaches, la plantation d’un arbre de mai, la production de toile de lin avec le métier à tisser et les fileuses…

30
Le travail dans la mine à Banska Štiavnica.

Icônes du musée Šariš à Bardejov

Le musée Šariš de Bardejov fut fondé en 1903. Il se trouve dans une région, l’Est de la Slovaquie, où se sont rencontrées deux cultures religieuses importantes dans la chrétienté : la culture occidentale – catholique romaine et la culture orientale – byzantine. Cultures qui seront aussi confrontées, lors de la Réforme, à l’arrivée sur le territoire d’églises évangéliques (après 1681).

La collection du musée Šariš est composée d’icônes couvrant la période du 16e au 20e siècle et venant de divers endroits mais plus particulièrement de la Slovaquie du Nord-Est.

Le musée Šariš de Bardejov fut fondé en 1903. Il se trouve dans la région où se sont rencontrées deux cultures religieuses importantes dans la chrétienté : la culture occidentale – catholique romaine et la culture orientale – byzantine. Cultures qui seront aussi confrontées, lors de la Réforme, à l’arrivée sur le territoire d’églises évangéliques (après 1681).

Ces cultures vont s’affronter religieusement pour ensuite vivre ensemble en harmonie.

C’est la raison pour laquelle on trouve dans les riches collections du musée d’Icônes Šariš les thèmes de ces deux cultures au travers des siècles. Thèmes qui représentent non seulement la spiritualité mais aussi les valeurs au sein des habitants de cette région, les slovaques mais aussi les habitants qui venaient d’horizon différents comme les allemands, les hongrois, les polonais, les ruthènes, les ukrainiens…

La collection du musée Šariš est composée d’icônes couvrant la période du 16e au 20e siècle et venant de divers endroits mais plus particulièrement de la Slovaquie du nord-est.
Les plus anciennes se trouvaient dans des églises en bois pour la plupart aujourd’hui disparues.

On verra, au cours de la visite du musée, que l’art de l’icône a évolué aux cours des siècles. Si, au départ, elles devaient correspondre à des « canons » précis pour la composition et la réalisation, elles évolueront néanmoins du style orthodoxe ou gréco-catholique, vers un style plus moderne et ne respectant plus les canons d’origine, en passant par le style baroque, au 17e et 18e siècle, et ce sous l’influence des églises catholiques romaines et réformées.

Le musée Šariš propose de suivre l’évolution de création d’icônes depuis le 15e siècle jusqu’au début du 20e siècle. Quelques unes sont conservées au musée Šariš dans la partie « exposition spéciale d’icônes ». Le musée les a acquises en 1907. Le musée a rassemblé et sauvé plus de 160 icônes. Dans leur évolution deux étapes fondamentales peuvent être distinguées. La plupart des icônes du 15e et 16e siècle qui respectaient les traditions strictes des anciens modèles russes et bulgares basés sur l’art byzantin appartient à la première étape.

On peut y voir les plus complètes et les plus précieuses œuvres du 16e siècle sont les icônes de l’ancienne église en bois de Rovné (aujourd’hui disparue) : icône de la Deesis, Hodegétria (Mère de Dieu) avec les prophètes, sainte Paraskeva, l’Archange Michel (qui est représenté très souvent sur les icônes de la Slovaquie de l’Est) et saint Nicolas… On y retrouve les caractéristiques de cette époque comme : la représentativité, la symbolique, la polychromie, le style de peinture, le respect des canons dans la peinture des visages, les scènes conventionnelles prescrites par les dogmes de l’Eglise orthodoxe.

Les premières icônes conservées en Slovaquie datent du 15e et 16e siècle.

Ensuite, au 17e siècle, on peut remarquer plus de simplicité dans la composition, dans les tons et dans la technique. On y découvre l’influence d’éléments folkloriques et surtout le relâchement des canons des icônes originales. Apparaît aussi, à cette époque, les premières icônes signées. L’icône signée la plus ancienne de Slovaquie est le Christ Pantocrator et fait partie de la collection du musée de Šariš. Ce Christ Pantocrator fut peint par Ioan Černeckyi de Lvov (Ukraine) en 1608.

Au 18e et 19e siècle, on remarque une très nette évolution de l’iconographie sous l’impulsion de l’art occidental et plus particulièrement de l’Eglise catholique. On passe d’une icône originale respectant des canons très précis en « tableaux » saints simplifiés. Cela se remarque sur les icônes appelées Mandylion qui représentent le Christ sans mains et sans la couronne d’épines et les icônes Veraicon, qui représentent le Christ avec la couronne d’épines.

L’exposition se poursuit par des représentations d’icônes sur bois, sur toiles et par des drapeaux d’églises, des croix de procession, des vêtements liturgiques ornés et quelques maquettes d’églises en bois et l’iconostase de l’église de Borovsky.

Šarišské múzeum – Musée Šariš (Musée d’icônes)
Radničné námestie, 27
085 01 Bardejov

L’entrée du musée (bâtiment à la façade rose) est située dans la petite rue sur le haut et à droite de la place de l’ancien Hôtel de ville de Bardejov – Radničné námestie

http://www.muzeumbardejov.sk/expozic/ikony.htm

http://www.muzeumbardejov.sk/index.htm

Ouverture :

Du 1er mai au 30 septembre :

Du mardi au dimanche de 8h30 à 12h00 et de 12h30 à 16h30
Le lundi uniquement pour groupe sur rendez-vous

Du 1er octobre au 30 avril :

Du mardi au dimanche de 8h00 à 12h00 et de 12h30 à 16h00

Prix : tarifs 2016 :
adulte 2 €
tarif réduit (retraités, étudiants) 1,50 €
enfant 1 €
supplément vidéo, photo 2 €.

A découvrir dans la région :

– La vieille place de Bardejov et les maisons aux façades peintes
– l’église gothique Saint Egidius (saint Gilles) sur la place de Bardejov
– le musée de la ville libre royale de Bardejov (Slobodné kraľovské mesto Bardejov) dans le bâtiment gothique qui était l’ancienne mairie, au centre de la vieille place de Bardejov
– une promenade sur les fortifications qui ceinturent une partie de la vieille ville
– le skanzen – musée de plein air dans la station thermale de Bardejovské kúpele
– le mémorial et le musée de la deuxième guerre mondiale au col de Dukla
– l’église en bois catholique-romaine Saint François d’Assise à Hervartov
– de nombreuses églises en bois de différents rites dans la région (liste sur demande)

Logement :

On peut trouver hôtels, pensions de famille ou maisons avec location de plusieurs appartements ou chambres à proximité de la vieille place de Bardejov :

http://www.hotelsaris.sk/
(lire notre article sur cet hôtel : http://vaheurope.eu/wp-admin/post.php?post=92&action=edit)

Besoin d’infos : www.vaheurope@gmail.com