kukaj.sk

par Charles Bugan

Pour tous ceux qui aiment regarder ce qui se passe dans la nature, ce projet offre un aperçu de la nature en proposant des retransmissions en direct et des reportages sur la vie des animaux dans la Veľká Fatra en Slovaquie.

Kukaj.sk est un mouvement citoyen composé de bénévoles qui contribue au développement et à la protection de l’environnement et qui propose de regarder les animaux dans leur habitat naturel, parfois en direct, via des webcams installées dans des endroits stratégiques, caméras qui captent aussi le son ce qui permet d’entendre le chant des oiseaux et les bruits de la forêt, nuit et jour.

″Nous croyons que ce projet permettra aussi de faire de nombreuses expériences qui vont révéler le comportement des animaux et, finalement, contribuer aussi à une perception positive des grands carnivores dans la Veľká Fatra et dans les Tatras″ , assure un membre de l’équipe.

Les caméras HD sont installées de telle sorte que les animaux protégés sont filmés sans être perturbés. Un microphone et une caméra avec vision nocturne ont été ajoutés à un appareil de transmission ayant un poids d’environ 250 kg. La conception unique est permise grâce à des sponsors et au fournisseur de trafic Web slovaque, la société PROFI – NET.
Le personnel professionnel de l’administration de TANAP (1) a donné des conseils et renseigné les endroits les plus appropriés pour le placement des caméras.

Le ministre slovaque Peter Ziga a décerné en juin 2014 le Prix du Ministre de l’Environnement (un prix non financier) sur la base des recommandations du comité d’évaluation, à l‘équipe de gestion du parc national Tatra KUKAJ.SK nominé pour la coopération à long terme et à la prestation de webcasts en ligne d’animaux protégés.

Grâce à ce site, vous découvrirez quelques vues de la vie, dans la Veľká Fatra – Grande Fatra et dans la région de Liptov, de l’aigle royal Arnold, de sa compagne Anička, mais aussi des capsules sur les cigognes, ours, kamziks (chamois), marmottes, de petites chouettes qu’une fouine aimerait mettre à son menu et bien d’autres animaux des airs comme de l’eau.

http://www.Kukaj.sk

Note

1 Tatranský národný park – parc national des Tatras.

Vous souhaitez des infos, écrivez-nous : www.vaheurope@gmail.com

PS : Pour voir les chouettes et leur nuit angoissante par la faute de la fouine cliquez sur kuna pri plamienkach du premier lien. Pour l’aigle royal Arnold et Anička, voyez le deuxième lien.

http://www.kukaj.sk/archiv/153-plamienka-driemava-2018

http://www.kukaj.sk/clanok/771-arnold-a-anicka

Le village de Slatvina et son église gothique

Alice Hura – Charles Bugan

Le village de Slatvina

Un peu plus loin que le château-fort de Spiš, vers l’est dans la vallée de la rivière Hornád, au pied de la montagne de Branisko et sous la colline de Sľubica (1129 m), se trouve l’humble village de Slatvina que nous découvrons un peu par hasard.

C’est vers 1246 qu’est connue la première mention écrit du village sous le nom de Zek ou Szék. L’appellation actuel du village de Slatvina (à l’ancienne époque en hongrois Szlatvin) est d’origine slave et signifie un lieu de marécage, un marais près d’une source minérale.

Au lointain des années ce village dépendait des seigneurs de la famille noble des Zek jusqu’à leur extinction en 1525, puis ce village est devenu une partie du domaine du château-fort de Spiš, alors sous les Zápolya, puis des Thurzo, peu de temps sous d’André Báthory et enfin des Csáky dès 1638 jusqu’à l’abolition du servage en 1848.

Le développement du domaine agraire de Slatvina dès sa fondation du XIIe au XIIIe siècle (12. stor – 13. stor) jusqu’à l’abolition du servage n’était pas marqué, mais une augmentation de la population locale du XIXe au XXe siècle (19. stor – 20. stor) va provoquer une migration des villageois vers les USA et le Canada.

Le caractère exceptionnel de l’eau minérale de Slatvina est un ensemble d’éléments minéraux, surtout de lithium.

Le développement du village au XIXe siècle (19. stor)

La nouvelle époque du développement du village commence au milieu du XIXe siècle (19. stor), quand le comte Csáky va ériger au-dessus de la source minérale un pavillon de la petite station thermale et commencer à exploiter les vertus curatives d’eau minérale de Slatvina.
C’est l’entrepreneur Gédéon Majunke de Spišské Vlachy, qui peut être considéré comme le développeur de la petite station thermale de Slatvina, et le distributeur des bouteilles remplies de l’eau de source minérale. Les bouteilles d’eau minérale de la source Anna de Slatvina ont été distribuées sous la marque Szlatvini dans toute la monarchie habsbourgeoise lors du XIXe siècle (19. stor).
La source de l’eau minérale de Slatvina destinée à la cure, était fournie en boisson à la buvette et était/est recommandée contre les maladies gastriques et des voies respiratoires, mais surtout contre les maladies des reins et aussi pour l’hydrothérapie au bain chaud (par chauffage d’eau minérale).

La source minérale ″Anna″ et les Bains thermaux disparus de Slatvina

Dans le village de Slatvina on y trouve la source minérale Anna, dès le XIXe siècle (19. stor) nommée en l’honneur de la comtesse Anna Csáky, l’épouse du propriétaire terrien à cette époque.
Depuis longtemps, les villageois appelaient cette source d’eau minérale ″kvašna voda″ en patois local slovaque que l’on peut traduire par ″eau pétillante″. Ils utilisaient l’eau minérale à boire pour se rafraîchir et pour la préparation d’un ferment pour la cuisson des gâteaux traditionnels au levain.

L’utilisation d’eau minérale de Slatvina dans un but thérapeutique commence à la fin du XIXe siècle (19. stor), quand Gédéon Majunke fait bâtir une première maison en pierres pour les curistes. La maison des bains était entourée d’un petit parc mais il est détruit pendant la Seconde guerre. Pour l’amusement des curistes, on y trouvait une salle de danse et une salle de jeu de quilles. Pendant la République tchécoslovaque, la petite station thermale de Slatvina, accueillait une centaine de curistes par an. Elle fut laissée à l’abandon pendant les années 30 du XXe siècle (20. stor), éliminée par la forte concurrence des stations thermales tchèques (c’est l’État tchécoslovaque, qui dirigeait la conception politique du développement du thermalisme surtout dans le pays tchèque).
En 1953, la ligne d’embouteillage d’eau minérale naturelle de Slatvina et leur répartition sur le réseau de vente est terminée.

Caractéristiques de la source d’eau minérale Anna

Elle se distingue par une teneur déterminée en un élément en lithium.
La source de l’eau minérale de Slatvina au débit de 4,5 litres par minute est froide à la température de 9,0°C et d’une acidité pH 6,1. Elle est légèrement minéralisée avec un contenu de hydrogénocarbonate-chloruré (HCO3, Cl), calcique-sodique-magnésienne (Ca, Na, Mg), naturellement carbonique, riche en sels minéraux, exceptionnellement en lithium (Li) entre 3,28 mg/l et 6,5 mg/l. Le composition minérale contenu est entre 3206,96 mg et 3466,55 par litre, plus haut niveau élevé de cabrons de l’hydrogène (HCO-3) 1586,0 mg/l, de calcium (Ca+2) 261,32 mg/l, de magnésium (Mg+2) 14,10 mg/l, de fer (Fe) 11,61 mg/l, de teneur en sodium (Na+) 424,0 mg/l, en potassium (K) 42,6 mg/l, en SO4 est 102,87 mg/l, SO2 est 19,71 mg/l. Index selon des analyses publiées de 1968 et 1978.

L’église Nanebevzatia Panny Márie – de l’Assomption Vierge Marie de Slatvina

L’église Nanebevzatia Panny Márie – de l’Assomption de la Vierge Marie de Slatvina est située sur la Route gothique de Spiš laquelle continue à l’est vers la région de Šariš et au sud vers la région de Gemer. La Route gothique est un circuit d’excursion de l’architecture rurale des églises gothiques en Slovaquie, répandues dans les régions en raison du grand nombre de petits gisements de minerai de fer et de cuivre ainsi que quelques mines d’or et d’argent. Ces mines furent fortement exploitées durant l’époque médiévale.

L’église de Slatvina bâtie à la seconde moitie du XIIIe siècle (13. stor) sur une petite colline au-dessus du village est dédiée à l’Assomption de la Vierge Marie, dominant ainsi le village. Elle fut construite à l’origine en style gothique primitif, avec un chevet plat. Le cimetière, très proche, se trouve sur le côté nord. La crypte de l’église comprend les tombeaux des seigneurs locaux, les Petróczy de Vojkovce (en hongrois Vojkócz), inhumés au XVIIIe siècle (18. stor).

Sous les Thurzo, de 1531 à 1636, l’église de Slatvina est passée dans le giron du rite évangélique. Après 1636 (1666 pour d’autres documents), elle sera restituée au culte catholique romain. N’oublions pas que l’Édit de Restitution fut promulgué le 25 mars 1629 par Ferdinand II de Habsbourg, en pleine guerre de Trente ans.

A l’extérieur, sur le côté sud, on peut voir le portail gothique qui formait l’entrée dans la nef avant que la tour-clocher soit bâtie sur le côté ouest. Cette tour clocher daterait du XVIIe siècle (17. stor) au plus tôt.

A l’origine, le toit était en bardeaux de bois. De nos jours, le toit est en plaques métalliques.

La tour n’étant pas encore élevée, un clocher séparé du bâtiment se trouvait à coté de l’église.

La paroisse du 18e siècle remplaçant une ancienne détruite après un incendie en 1782. L’église à l’origine, a servi comme église paroissiale pour les villages environnants.

La Madone de Slatvina vers 1360

Du mobilier de l’église de Slatvina de l’ancienne époque a été conservée une plastique en bois de tilleul de la Madone de Slatvina, chef-œuvre dit du Maître de Slatvina, son atelier a travaillé dans la région de Spis entre les années 60 et 70 du XIVe siècle (14. stor). Selon des historiens allemands d’art, cette madone est artistiquement semblable avec la statue de la Vierge Marie du Mont Marial à Levoča.
Les autres plastiques en bois de Slatvina, une statue de saint Jean-Baptiste (1500-1510), une statue de saint Nicolas (1480-1490) et une autre Madone (sculptée vers 1480), ont été déplacées avant 1918 dans le Musée des beaux-arts et dans la Galerie nationale de Budapest en Hongrie.

Le chœur et les peintures murales

On y trouve des fonts baptismaux en pierre du XIVe siècle (14. stor).

Les peintures murales du 14e siècle ont été retrouvées lors d’un sondage effectué par le Maître de conférences Vladimir Plekanec, restaurateur d’art, en 2013. De 2013 jusqu’à 2016, les peintures murales de l’église ont été restaurées.

C’est ainsi que le chœur et le mur nord de la nef ont révélé des peintures murales très bien conservées, proches des peintures du premier tiers du XVe siècle (15. stor) à Žehra et à Bijacovce. Leur auteur était apparemment l’élève du Maître du presbytère d’Ochtina, comme en témoigne l’exécution de plusieurs scènes, comme par exemple, la Mise au tombeau.

Le niveau inférieur du chœur est constitué de peintures semblables à un drapé représentant des tentures sur les trois côtés qui en constituent le pourtour.

Quant aux fresques proprement dites, elles se trouvent sur trois registres au-dessus de ce décor et sont essentiellement consacrées au cycle christologique de la Passion.

Le registre inférieur

Il est composé de représentations d’apôtres sur tout le pourtour du chœur.

Sur le mur nord, on retrouve quatre apôtres, deux de part et d’autre de la porte gothique de la sacristie. Puis, après le quatrième apôtre, un pastoforium, avec sa grille en fer d’origine, est surmonté d’un Christ. Ce n’est pas un Christ de douleur ou de pitié. Ici, Il nous montre de sa main gauche sa plaie au côté d’où s’écoule son sang vers un calice, symbole de la communion lors de la Cène (Matthieu 26, 27-28).

Sur le chevet, un plus grand ″panneau″ montre sainte Élisabeth de Hongrie offrant un pain à deux personnages. Cependant, ce ne sont pas des ″pauvres″ comme on devrait le voir habituellement suivant l’iconographie attribuée à cette sainte. Ce sont probablement le donateur et son fils. Viennent ensuite trois apôtres.

Sur le mur sud, on peut voir quatre apôtres, un cinquième a probablement été supprimé lors de l’agrandissement de la fenêtre.

Le registre du milieu

Sur le mur nord, le registre est découpé en quatre scènes. La Cène, l’Arrestation de Jésus, la pose de la couronne d’épines et le Portement de croix.

Sur le chevet, à gauche de la fenêtre axiale, la Mise en croix et à droite, la Crucifixion.

Sur le mur sud, la Descente de croix, la Mise au tombeau, la Résurrection et la Descente de Jésus aux Enfers.

Le registre supérieur

Sur le mur nord, une seule représentation : l’Entrée de Jésus dans Jérusalem.

Sur le chevet, Jésus au Mont des oliviers priant à droite alors qu’à gauche se trouvent les apôtres qui dorment. Au-dessus de la fenêtre axiale, on Dieu le Père et un calice. C’est vers eux qu’est dirigé Jésus en prière.

Sur le mur sud, Jésus devant Pilate et la Flagellation. Entre ces deux représentations, au-dessus de l’ancienne fenêtre gothique transformée, un Mandylion.

Le plafond du chœur

En croisée d’ogives, chaque voûtain est décoré par des peintures dans un médaillon.

Au nord, la Vierge Orante, sur cette représentation, on ne voit seulement la partie supérieure. Jésus, bénissant est sur sa poitrine. Un détail, le Christ est barbu, il n’est plus un enfant comme on peut le voir habituellement et notamment sur l’icône du XIIIe siècle (13. stor) de Yaroslav et sur l’icône du XIIe siècle (12. stor) qui se trouve dans la cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod en Russie. Dans les deux médaillons plus petits, un évangéliste, Luc, sous la forme symbolique du taureau et un ange qui semble indiquer du doigt le sein d’Abraham.

A l’est, les peintures sont effacées. On devait probablement y trouver un Christ ou autre hypothèse peut plausible, une scène du Jugement dernier. Les deux autres éléments du tétramorphe de la vision d’Ézéchiel, l’aigle – Jean et l’homme – Matthieu devaient s’insérer dans les médaillons.

Au sud, une représentation assez rare : Dieu et son fils sur la poitrine. Dans les deux médaillons plus petits, un évangéliste, Marc, sous la forme symbolique du lion, à gauche et d’un ange, à droite, qui semble aussi pointer du doigt vers le sein d’Abraham.

A l’ouest, face au membre du clergé qui officie, le sein d’Abraham est mis en évidence. Deux médaillons de part et d’autres avec un ange complète ce voûtain.

L’arc triomphal

L’arc triomphal côté nef n’est pas peint. Peut-être sous la couche blanche, mais cela ne semble pas avoir été mis en évidence lors de la redécouverte des fresques ! Du côté chœur, ce sont des motifs ornementaux. Le contour de l’arc triomphal est marqué par des dents d’engrenage ou plisses en accordéon.

L’intrados comporte six prophètes dans des médaillons reliés entre eux par un contour en forme de huit, formant ainsi un lien de continuité entre eux.

Sur les piédroits de l’intrados, deux saints dynastiques, Štefan-Étienne et Ladislav-Ladislas, tout deux furent roi de Hongrie. Chaque piédroit à une croix de consécration.

La nef

La chaire baroque située côté nord, date du XVIIIe siècle (18. stor).

A l’origine, la nef était surmontée par un plafond plat en bois. Mais une reconstruction importante en 1800 a changé l’aspect intérieur de l’église. Les fenêtres gothiques d’origine ont été démolies et remplacées par des fenêtres agrandies de forme baroque et le plafond en bois a été remplacé par un plafond en plâtre.

Les fresques de la nef ne sont pas bien conservées et restent sous une couche de peinture du XXe siècle (20. stor), mais elles sont toujours visibles dans les combles.

Une tribune d’orgue termine la nef côté ouest.

Remerciements

Nous remercions Monsieur Vladislav Vrábeľ, Maire de Slatvina pour son accueil, sa disponibilité et son aide précieuse lors de notre visite ainsi que la personne qui nous a ouvert les portes de l’église.

http://www.slatvina.eu/atrakcie

Sources

Stredoveká nástenná maľba na Spiši. Milan Togner – Vladimir Plekanec. Arte Libris. 2012

Le culte des saints catholiques en Europe centrale et orientale. Jean-Pierre Irali. Ed. Romaines. 2011
Reconnaître les saints. Symboles et attributs. B. Des Graviers et T. Jacomet. Ed. Massin. 2006

Slatvina, na pozadí dejín. 1246-2006. Ondrej Fábry. Obecný úrad Slatvina. 2006

Tchécoslovaquie 21 août 1968

Charles Bugan

Un court printemps et puis… un long hiver

Ce 21 août 2018, la Slovaquie et la Tchéquie commémorent le 50e anniversaire de l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie sur le territoire tchécoslovaque de l’époque, mettant ainsi fin au « Printemps de Prague » et au communisme à « visage humain » d’Alexander Dubček (27-11-1921 – † 7-11-1992) et surtout fin de la liberté, liberté chérie.

Une petite exposition d’un photographe du Fotoklub de la ville de Ružomberok, Fedor Polóni, témoin de ce moment, montre le désarroi des habitants des petites villes qui « ne savaient pas ce qui se passait ». Ils voyaient des avions dans le ciel, des véhicules de transport de troupe passer, tous de nationalité ″étrangère″ – soviétique, hongrois, polonais…, mais pas d’information car pas de journaux, ni de radio et pas de télévision » dit-il.

Quelques photos de cette exposition dans la rue.

 

 

Les trésors de la Slovaquie à l’UNESCO

Alice Hura – Charles Bugan

Faire partie  du patrimoine culturel et naturel de l’UNESCO est une reconnaissance qui montre au public des sites, des villes, des traditions, bref des éléments qui font partie de l’Histoire d’une région, d’un pays et ces éléments incitent à la découverte.

Le label de l’UNESCO et son patronage, invite les visiteurs à mieux les connaître. Voici, à ce jour, la liste des monuments culturels et naturels. Peut-être cela vous incitera-t-il à leur rendre visite et découvrir ainsi la Slovaquie.

Les monuments culturels et naturels slovaques inscrits sur les listes représentatives du patrimoine mondial de l’UNESCO

1. Vlkolínec (1993) – village montagnard avec une architecture rurale en bois
2. Bardejov (2000) – place de la ville médiévale
3. Spišský hrad (1993) – château-fort en ruines et sa cité médiévale de Spišské Podhradie au pied du château
4. Spišská Kapitula (1993) – cité épiscopale médiévale, siège de l’évêché de Spiš
5. Žehra (1993) – petite église médiévale du Saint-Esprit
6. Levoča (2009) – place de la ville médiévale et cité du Maître Paul de Levoča
7. Kežmarok (2008) – église, dite articulaire, évangélique en bois, édifiée en 1717
8. Leštiny (2008) – église, dite articulaire, évangélique en bois
9. Tvrdošín (2008) – église catholique en bois
10. Hronsek (2008) – église, dite articulaire, évangélique en bois
11. Banská Štiavnica (1993) – ville médiévale et ses mines d’or et d’argent
12. Hervartov (2008) – église catholique en bois
13. Bodružal (2008) – église gréco-catholique en bois
14. Ladomirová (2008) – église gréco-catholique en bois
15. Ruská Bystrá (2008) – église gréco-catholique en bois
16. Vihorlatské vrchy (2007) – Montagne de Vihorlat, vestiges de l’ancienne activité volcanique
17. Bukovské pralesy (2007) – « Forêt vierge » de hêtres dans les Carpates
18. Dobšinská ľadová jaskyňa – grotte de glace de Dobšiná (2000)
19. Ochtinská aragonitová jaskyňa – grotte d’aragonite d’Ochtiná (1995) dans le Parc national du Karst slovaque
20. Gombasecká jaskyňa – grotte de Gombasek (1995) dans le Parc national du Karst slovaque
21. Domica jaskyňa – grotte de Domica (1995) dans le Parc national du Karst slovaque
22. Krásnohorská jaskyňa – grotte Krásnohorská (1995) dans le Parc national du Karst slovaque
23. Jasovská jaskyňa – grotte de Jasov (1995)

Le chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel slovaque inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO

1. Fujara, instrument traditionnel à vent de la musique pastorale (2005)
2. Terchovská muzika – Musique traditionnelle de Terchová (2013)
3. Gajdy – Cornemuse slovaque (2015)

Voici quelques photos de ces endroits.

Photos : Alice Hura – Charles Bugan

PS : Si vous souhaitez des renseignements sur ces sites, n’hésitez pas, un mail et une réponse vous parviendra dans les 48 heures

Jánošík, rebelle d’honneur et héros légendaire populaire slovaque

Alice Hura – Charles Bugan

Juraj Jánošík (25 janvier 1688 – 17 mars 1713) – rebelle d’honneur, héros légendaire populaire slovaque

Selon les récits populaires slovaques, Juraj Jánošík prenait aux riches pour donner aux pauvres. On retrouve constamment la trace à la gloire de ses actes dans l’art populaire slovaque depuis sa mort au début du 18e siècle, et même dans la culture lettrée slovaque à partir du 19e siècle.

2018 est l’année de la commémoration des 330 ans de la naissance du héros slovaque légendaire de Juraj Jánošík.

Aux archives nationales slovaques de Bytča des documents sont conservés comme : un extrait de naissance ou de baptême daté du 25 janvier 1688 de Juraj Janošik et les documents du procès de justice dont l’acte d’accusation lors de l’audience principale, une plaidoirie, les aveux personnels de Janošik et une déposition de victimes d’un acte de pillage commis par les brigands.

Juraj Jánošík est né en 1688 dans le hameau U Jánošov (Chez János), proche de la commune de Terchova, dans le massif montagneux de la Petite Fatra (Malá Fatra) de la Slovaquie septentrionale.

Dans les années 1707-1708 Jánošík est subjugué par les idéaux de l’insurrection de François II Rakóczi. Jánošík n’a même pas 20 ans lorsqu’il s’est fait enrôler, en décembre 1707, dans l’armée insurrectionnelle des kurucs avec laquelle il a participé à la grande lutte contre les Habsbourg et au combat pour la liberté. Mais lors de la bataille de Trenčín il est fait prisonnier.
Emmené au château de Bytča comme prisonnier, Juraj Jánošík est forcé d’accepter de devenir garde dans l’Armée impériale, surnommée les labancs. C’est là qu’il fait connaissance et se lie d’amitié avec le capitaine de brigands de la région de Kysuce, Tomas Uhorčík, lui aussi emprisonné. Jánošík va aider ce dernier à s’évader et selon le souhait de Uhorčik, Jánošík prend le commandement de la troupe de brigands à l’automne 1711 jusqu’au printemps 1713, en développant son activité surtout dans les régions du Nord-ouest de la Slovaquie actuelle.

Pendant cette période, les braquages sur les routes des nobles, des bourgeois et des marchands par le groupe de bandits de Jánošík se multiplient, jusqu’au jour où le capitaine des brigands, Juraj Jánošík, est capturé. Emprisonné et torturé, au début de mars 1713, Jánošík est condamné à mort par pendaison sur un croc de boucher par le tribunal du district de la ville de Liptovský Mikuláš (alors en hongrois Liptó-Szent-Miklós). La sentence sera exécutée le 17 mars 1713 à Liptovský Mikuláš. Juraj Jánošík devait avoir 25 – 26 ans.

Après sa mort, ses actes sont entrés dans la légende du peuple slovaque et son personnage est devenu un symbole de l’équité et de la combativité pour les droits des pauvres. Il était considéré comme un bon chef de bande.

Son personnage appartient aux figures les plus populaires dans la production artistique au cours des siècles jusqu’à présent. On peut mentionner le retentissement du personnage de Jánošík dans la culture orale populaire slovaque comme dans les chants, légendes et contes ou dans l’art populaire traditionnel comme dans les peintures sur verre ou dans la sculpture en bois, etc., et même Juraj Jánošík fait partie de l’art cinématographique contemporain slovaque. Un ancien film muet de 1921, de la coproduction slovaque-américaine est titré Jánošík (réalisé par les frères Daniel et Jaroslav Siakeľ, émigrés aux États- Unis. En 1995, ce film est repris dans la liste de l’UNESCO comme un héritage culturel mondial. Mais le meilleur film slovaque consacré à Janošik, fut réalisé en 1935 par le metteur en scène Martin Frič (1902 – 1968) avec dans le rôle principal Paľo Bielik, le plus célèbre interprète de Janošik. Ce film a été présenté au IVème Festival international du film de Venise en 1937, et a été projeté dans 32 pays du monde.

Ou encore un autre film dramatique sur Jánošík réalisé de 1962-63 par Paľo Bielik (1920-1983), ou le film d’animation crée par Viktor Kubal (1923-1997) qui porte le titre « Zbojník Jurko – le brigand Jurko » (1976). Toujours populaire aujourd’hui est la pièce « Jááánošííík » (1970) du théâtre d’amateur de Radošiná réalisé par le dramaturge Stanislav Štepka (1944), fondateur du théâtre naïf de Radošiná (Radošínske Naivné Divadlo) en 1963.

Le thème de Jánošík et des brigands résonne aussi dans les Beaux Arts slovaques. On peut ainsi admirer les peintures de ce thème réalisées par le peintre slovaque Ľudovít Fulla (1902 – 1980) dans sa Galerie à Ružomberok.

Sitologie

http://www.terchova.sk/navstevnik/muzeum-juraja-janosika

http://www.muzeum.sk/?obj=muzeum&ix=jt_pvm

PS : La ville de Terchova célèbre Juraj Jánošík lors d’un festival les « Jánošíkove dni v Terchovej » qui se déroule au début du mois d’août.

La Slovaquie a 25 ans

Alice Hura – Charles Bugan

C’est en effet le 1er janvier 1993 que l’état de la République slovaque est né. Voici, très brièvement, quelques dates d’évènements qui ont marqué l’histoire de cette « jeune république ».

200.000 av. J-C : Le plus ancien foyer humain connu sur le territoire de la Slovaquie.

100.000 av. J-C : Plus ancien squelette d’homme découvert sur le territoire de la Slovaquie actuelle.

80.000 Un moulage dans du travertin de la cavité du cerveau d’un homme de Neandertal est découvert à Gánovce (près de Poprad).

Vers 21.000 Découverte de la Vénus de Moravany, une figure féminine, taillée dans une défense de mammouth, à Moravany nad Váhom, petite commune au nord de Bratislava, dans le district de Piešťany.

Du XIXe siècle av. J-C au XVe siècle av. J-C : Du cuivre était extrait dans les montagnes slovaques de Rudohorie.

Ve siècle av. J.-C. : Les Celtes dominent la plupart du territoire.

IIe siècle av. J.-C. : Des pièces celtes étaient frappées en Slovaquie.

6 : Les Romains traversent le Danube et prennent le contrôle de ses rives pendant 400 ans.

300-500 : Les premiers Slaves occupent le territoire.

623-658 : Période de l’empire de Samo (un marchand Franc), union défensive des tribus Slaves.

824 : Mojimir Ier fonde le premier grand Empire de la Grande-Moravie.

828 : Première église chrétienne établie à la cours de Pribina dans la ville de Nitra. Adalram, évêque de Salzbourg, donne sa bénédiction à cette première église.

863 : Arrivée de Cyrille et Méthode, en provenance de l’empire byzantin, fondateurs du vieux slave écrit en Grande Moravie.

894 : Mort de Svatopluk Ier, le plus illustre seigneur de la Grande Moravie.

895 – 896 : Sous la direction probable d’Árpád, une partie des tribus protomagyares traverse la chaîne des Carpates pour entrer dans le bassin du même nom. La tribu Megyer (Magyar) était aux avant-postes de cette conquête. Ils vont s’installer en Pannonie.

1000 : Création du royaume de Hongrie. La Slovaquie actuelle y est intégrée.

Xe siècle : Le premier roi hongrois Étienne Ier de Hongrie. A cette époque l’empire hongrois s’étendait sur les territoires de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Croatie, de la Slovénie une partie de la Roumanie et de l’Ukraine.

1241 : Les Tatars envahissent le pays et le ravagent.

1381 : La représentation proportionnel des Slovaques et des Allemands au conseil de la ville de Žilina est garantie à ses membres par Louis Ier de Hongrie.

1467 : Fondation de la première université sur le territoire slovaque, à Bratislava, « l’Academia Istropolitana ».

1508 – 1517 : création du maître-autel de l’église Saint-Jacques-le-Majeur à Levoča, œuvre de Majster Pavol. Le plus grand autel gothique en bois.

1526 : Le roi Louis Jagellon meurt lors de la bataille de Moháč contre les Turcs (victoire de Soliman le Magnifique). Son trône revient aux Habsbourg d’Autriche. Cette date représente la fin du Moyen Age dans l’histoire slovaque.

1530 : Premières incursions turques.

1531 : Presburg (Bratislava aujourd’hui) devient le siège de la couronne de Hongrie.

1536 : Presburg (Bratislava) devient la capitale de la Hongrie. De 1536 à 1830, dix-neuf rois et reines seront couronnés à Bratislava.

1541 : Prise et occupation de Buda et de Pest par les Turcs.

1635 : Fondation de l’université de Trnava.

1683 : Les turcs sont battus lors de la grande bataille de Vienne. Celle-ci met fin à 150 ans d’occupation turque du territoire hongrois.

1713, 17 mars : Juraj Janošik est exécuté à Liptovský Mikuláš.

1740-1780 : Règne de la reine Marie-Thérèse, couronnée à Presburg – Bratislava.

1762 : Fondation de la première université minière à Banská Štiavnica.

1773 : L’impératrice Marie-Thérèse édite un règlement sur l’établissement et l’emploi des Roms, qui interdit le nomadisme, l´usage de leur langue et les mariages entre eux. L´éducation des enfants est confiée aux familles paysannes, tous les Roms doivent s’installer, et gagner honnêtement leur vie. L´impératrice souhaitait ainsi intégrer cette communauté dans la société.

1780 : Débuts du mouvement national slovaque.

1785 : Abolition du servage.

1843 : Ľudovit Štúr codifie la langue slovaque.

1848 : La convention de Bratislava abolit le servage. La révolution qui l’instaura fut défaite par l’empereur d’Autriche avec l’intervention de l’empereur de Russie en 1849.

1848 : dans un presbytère protestant de Liptovský Mikulaš, un groupe se réunit autour de Ludovit Štur et rédige le « Mémorandum de la nation slovaque », le premier programme politique et culturel des slovaques. Il sera accepté par le gouvernement autrichien.
La révolution de 1848 contre les autorités entraînera son abandon, momentané, car jugé par les autorités comme « déstabilisateur » ! Il sera proposé en 1861 dans la ville de Martin.

1861 : Proclamation du Mémorandum de la nation slovaque réclamant une plus grande liberté au pouvoir central hongrois.

1863 : Fondation de la Matica Slovenská, institution ayant pour but le développement de l’instruction populaire.

1884 : La première banque slovaque « Tatrabanka » est instaurée en Slovaquie à Bratislava.

1907 : Fondation de la Ligue slovaque à Cleveland, Ohio, USA.

1918, Octobre : la Première République tchécoslovaque est créée.

1919 : L’université Komensky – Coménius est crée à Bratislava.

1920 : Le Théâtre national slovaque est créé à Bratislava.

1939, Mars : L’armée allemande occupe les Sudètes (territoire tchèque). En Slovaquie un état indépendant satellite de l’Allemagne nazie est créé sous la présidence de Jozef Tiso.

1944, Août : La résistance antinazie apparaît. Le soulèvement national SNP s’organise à Banska Bystrica. Après la défaite de l’armée slovaque, la résistance continuera dans les montagnes jusqu’à la fin de la guerre.

1945, Mai : La deuxième République tchécoslovaque est restaurée.

1948, Février : Les communistes gagnent les élections et prennent le pouvoir.

1950 : La police occupe 56 monastères et arrête un millier de religieux.

1968, Janvier : L’ère d’Alexander Dubček commence. En août, les troupes russes accompagnées de quatre autres armées du Pacte de Varsovie occupent la Tchécoslovaquie. En octobre le pays devient une République fédérale tchéco-slovaque.

1977 : Charte 77, manifeste écrit d’un groupe d’opposants au régime communiste.

1988 : Manifestation pacifique « des bougies » pour la liberté religieuse et les droits civiques. Elle est violemment réprimée par les forces de l’ordre.

1989, Novembre : La Révolution de Velours met fin au pouvoir des communistes.

1990, Juin : Premières élections libres depuis 1946.

1992 : Proclamation de la souveraineté de la Slovaquie et Constitution de la République slovaque.

1993, le 1er janvier : La République slovaque indépendante est créée.

1993, 8 février : entrée en vigueur d’une nouvelle monnaie, la couronne slovaque (Sk).

1993, 3 février : la Slovaquie rejoint l’UNESCO.

1996, 17 mai, mise en œuvre de l’eau du Danube, centrale électrique hydraulique du barrage à Gabčíkovo

2000, 14 décembre, la Slovaquie devient membre de l’OCDE.

2003, la Slovaquie signe l’accord d’adhésion à l’Union européenne. Un référendum sur l’intégration de la Slovaquie à l’UE donne 92,46 % des suffrages exprimés pour le « oui ».

2004, 29 mars, la Slovaquie devient membre de l’OTAN

2004,1er mai, entrée dans l’Union européenne.

2009, 1er janvier : A l’initiative du Premier ministre Robert Fico (SMER), la Slovaquie adopte l’Euro comme monnaie officielle

NB : Nous ne manquerons pas de reprendre quelques points par des articles plus complet.

Rites et coutumes de Noël en Slovaquie

Alice Hura – Charles Bugan

La Noël trouve son origine bien avant l’époque chrétienne. En Europe centrale, les anciens Germains, Slaves et Celtes fêtaient le solstice d’hiver, c’est-à-dire, le retour de la lumière.
Aujourd’hui, la fête de Noël est une synthèse des éléments du paganisme de la fête solsticiale, avec le culte du soleil, et de la fête de la nativité des chrétiens.

Cela signifie concrètement que la magie et les rituels de paganisme de ces temps anciens subsistent encore dans les traditions et les coutumes des villages slovaques.

Ordres et interdiction

Dans ces traditions et coutumes, nous trouvons, ce que l’on peut appeler les ordres et les interdictions.

Commençons par les ordres : à partir du solstice et jusqu’à la fête du nouvel an, les jours sont, en principe, irrationnels, mais, sous l’aspect pratique, ils sont positifs. La maisonnée en fête doit être pure, de même que les bâtiments annexes (étables, granges…). Les femmes, lors de la semaine qui précède la Noël, doivent rendre les objets prêtés, laver tout le linge, rendre tout plus pur et préparer le lieu pour l’arrivée des fêtes.

Passons au rayon interdiction : si, dans la maison, est suspendu un manteau de fourrure les jours de Noël, le bétail va périr dans l’année. Si, par contre, des vêtements sont suspendus, c’est le propriétaire qui va mourir dans l’année.

Autre interdiction : l’interdiction « magique » pour les femmes de travailler – filer, coudre, tisser, laver du linge – les jours de Noël. Ces jours sont, pour les femmes, jours de repos… sans reproche de paresse.

Quant aux hommes, ils ne peuvent pas travailler – couper du bois, pratiquer le travail avec le bétail…. Cela signifie donc que les travaux devaient être effectués plusieurs jours auparavant.

Le 24 décembre, veille de Noël, est le jour appelé Štedrý deň, mais en fait il a, en Slovaquie, plusieurs appellations.

Ces appellations trouvent leur origine avant la période chrétienne. Le « Štedry deň » ou « Štedrý večer », que l’on peut traduire en français par le « jour d’abondance » ou « jour de profit » ou encore « jour large », dans le sens généreux. C’est l’appellation la plus répandue et la plus ancienne. Il s’agit très probablement de la réminiscence de la fête solsticiale et du riche festin païen qui l’accompagnait.

Mais, dans certains régions slovaques, ce jour est appelé « Kračun », ancienne appellation de la « Soirée étoilée (constellée) ». On a aussi une appellation mais moins utilisée, qui est « Vilija ou vigilija » venant du latin « vigilia » – veille. (1)

Dans des villages majoritairement protestants du centre de la Slovaquie, nous trouvons encore comme appellation pour le 24 décembre, l’ancien nom « Dohviezdny večer » – le soir de l’étoile.

La veille de Noël concentre beaucoup de traditions : l’assurance de la prospérité, la santé et la fortune pour la prochaine année.

Le riche festin d’abord, il symbolise la richesse pour la prochaine étape de la vie et la religion chrétienne a accompli beaucoup d’effort pour supprimer ces fêtes païennes, en commençant par le jeûne du 24 décembre. En effet, ce 24 décembre, seul la viande de poisson peut être consommée le soir lorsqu’apparaît la lumière de la première étoile.

Cependant, suivant les différentes confessions, la composition du repas de Noël est différente.

C’est ainsi que, dans les familles catholiques, on respecte le jeûne et l’on fait abstinence de viande. Mais manger du poisson est toléré le soir lorsqu’apparaît la lumière de la première étoile. Il y a aussi la soupe de Noël, la « Vianočnà kapustnica », soupe de choucroute de Noël – sans viande – mais qui peut être accompagnée de morceaux de poissons fumés. Un exemple, à Vlkolinec, vous avez de la soupe aux petits pois avec des morceaux de truite fumée.

Pour les familles protestantes, il est de coutume de dîner la veille de Noël avec de la viande de porc, la « tlačenka », le fromage de tête (tête pressée) ou la « Vianočnà kapustnica » la soupe de choucroute de Noël aux saucisses fumées.

Mais, quelque soit l’obédience, en aucune façon, au dîner de Noël, on ne peut manger de la viande de volaille (2) « mäso spod peria » – viande de dessous les plumes – car la propriété, les biens, l’argent pourraient « s’envoler » comme les plumes s’envolent quand on souffle dessus.

Revenons aux catholiques pour signaler qu’ils mangeront la viande seulement après minuit, ou plus exactement, après la messe de minuit. Ils ont simplement déplacé le riche dîner païen. On appelle cet instant « obžerstvo » que l’on peut traduire en français par, « manger gras » ou « se goinfrer », c’est-à-dire que l’on mange à satiété.

Pour les boissons, on consommera du vin, de l’eau-de-vie. A l’apéritif, on dégustera la « hriate », la vodka chaude (spécialité slovaque) et aussi la « medovina » chaude ou froide.

Les fruits, frais ou séchés, occupent aussi une place marquante sur la table de Noël.

Les décorations du sapin de Noël

Au IXXe siècle, va se propager un nouvel attribut venu d’Allemagne, il s’agit de la présence et de la décoration du sapin de Noël avec des boules en verre.

Le changement, par rapport à la tradition slave, est que le sapin est posé sur le sol ou sur un support, tête en l’air. Chez les slaves, il pend au plafond de la maison et est placé au-dessus de la table. C’est un petit sapin, naturel ou fabriqué en bois, de plus ou moins 1 m, et la table est considérée comme « magique », c’est un endroit protégé. (3)

A ce « sapin », on y accroche des pommes rouges, des rubans de diverses couleurs, des biscuits ou des sucreries emballées dans des papiers multicolores.

On trouve aussi dans chaque maison des rameaux d’arbres verts (conifères), et dans certaines régions, on trouve une couronne de paille suspendue au plafond au-dessus de la table.

L’effet magique du repas de la veille de Noël

En Slovaquie, on attache une grande importance pour la préparation des plats de Noël. Chaque repas est particulier et symbolise le souhait d’abondance.

La magie numérique du repas épouse le principe de vivre dans l’abondance, en grand nombre, des quantités de produits agricoles.

Les produits typiques en grand nombre sont les grains de pavot, les lentilles ou les petits pois, pour avoir beaucoup d’argent.

Le pain aux fines herbes pour la santé et la prospérité de la famille.

Le menu de Noël se prépare avec sept ou neuf plats, chaque membre de la famille devant goûter trois cuillerées ou gorgées du plat afin de connaître l’abondance de repas toute l’année, … avec, en plus, une assiette vide sur la table du repas de Noël. Cette assiette vide est destinée au retour des âmes mortes !

Car si de nos jours il est parfois d’usage que le 24 décembre on dispose une assiette supplémentaire sur la table du repas de Noël pour un visiteur fortuit, l’usage ancien signifie lui que l’assiette supplémentaire était réservée aux esprits des ancêtres ou de la divinité domestique – le domovoï – le génie tutélaire de la maison des anciens slaves. (4)

Autrefois, les anciens croyaient à l’existence du retour sur terre des esprits des ancêtres au temps de Noël. Les gens avaient, dès lors, l’obligation de pourvoir aux besoins des âmes de ses morts, de ses ancêtres. Aussi ils croient que les âmes des morts sont, dès leur retour, à égalité et ont les mêmes besoins que les vivants. C’est donc pour cela que dans l’assiette de cet esprit, on place une cuillerée de chaque plat de Noël.

La tradition fait aussi que l’on porte un repas dans le grenier ou que l’on lance des noix dans le coin de la chambre ou des petits pois vers les murs de la chambre, cela symbolise la récompense pour l’esprit de la maison.

Cet esprit de l’ancêtre est une aide essentielle pour le futur de la vie de la famille. Enfin, la prière pour les âmes des ancêtres est aussi un élément du rituel pour le souvenir des anciens.

Le repas s’accomplit à la table et il n’est pas question de la quitter pour laver la vaisselle ou vaquer à une occupation domestique. A la fin du repas, on époussette juste les miettes, quant aux restes de nourriture, ils restent sur la table et seront mangés le lendemain – ce qui permet aux « esprits » bons ou mauvais, de se restaurer la nuit.

Il est aussi d’usage que les miettes, les restes du dîner de Noël soient offerts le lendemain aux domestiques et/ou aux animaux domestiques afin qu’ils aient une bonne santé.

Garniture de la table

La garniture de la table fait partie des principes protecteurs et de l’abondance. C’est ainsi que l’on trouvera sur et sous la table divers éléments.

Sur la table, on dispose une bougie, du miel, de l’ail, de l’oignon, du persil, du raifort, des fleurs de noisetier. Ces éléments symbolisent les défenses contre la magie noire. Le miel pour le bien, l’ail et le rameau vert pour la santé.

Sous la table, on trouve un autre moyen efficace de magie blanche, il s’agit d’une chaîne de fer. Elle entoure les pieds de la table où se trouve le repas de Noël. Cette chaîne symbolise la défense contre la désorganisation de la famille.

Une hache ou une bêche ou d’autres ustensiles des champs en fer, sont placés sous la table de Noël, sur un lit de paille, symbolisant la prospérité et le bon travail des paysans pour l’année à venir, mais aussi un souhait de bonne santé pour tous ceux qui sont assis à la table.

Les oracles de Noël

Si, dans une pomme coupée à moitié, on aperçoit les pépins en forme d’étoile, cela signifie la fortune, mais s’ils sont en forme de croix, cela signifie la maladie ou la mort.

Un oracle d’amour, pour les jeunes filles, consiste à disposer une petite bougie allumée dans deux demi-coquilles de noix vides et de les déposer dans un récipient contenant de l’eau. Si les deux coquilles se rejoignent, il y aura mariage, si non, ce sera le célibat encore pour un an.

Autre oracle pour le mariage, dans certaines familles, les filles, après le dîner de Noël, se tiennent debout, dos à la porte et lancent une chaussure derrière elles. Lorsque la chaussure est tombée, elle se retourne et regarde, si la pointe est dirigée vers elles, ce sera le mariage dans l’année, par contre, si c’est le talon, ce sera encore le célibat pour un an.

Oracle néfaste : si l’inclinaison de la flamme de la bougie posée au centre de la table du repas de Noël se dirige vers quelqu’un, il sera le premier à mourir dans la famille

Oracle favorable : une poignée de grains de blé, de lentilles, de petits pois, de pavot posée sur la table symbolise l’abondance agricole

Trois écailles de poisson ou de l’argent sous la nappe, symbolise l’abondance d’argent tout l’année (et il ne faut pas être pingre car plus on dépose d’argent plus on en aura …).

Tout objet placé à l’extérieur cette nuit était béni. On déposait des pièces de monnaies à l’extérieur, généralement sur l’appui de fenêtre. De la sorte, leur propriétaire ne manquera pas d’argent toute l’année.

Le menu traditionnel de la veille de Noël

Le dîner de Noël procède d’un rituel ancien et stable. La quantité du menu est de sept ou neuf plats.

1 La soupe – polievka (elle varie selon la région)

2 Des pâtes – cestoviny, halušky

3 Pâtisserie – gâteaux – pečivo – koláč

4 Les gaufres, en forme de grande hostie – oblatky, avec ail et miel

5 Les fruits – ovocie, noix, noisettes, pommes, fruits secs…

6 La viande – mäso selon le rite religieux

7 Les boissons – napoje, alcools, vins, jus pour les enfants
La table est dressée avec une nappe de fête et garnie des riches plats de Noël.

La tradition veut que la table soit garnie de tous les éléments du repas de Noël, de l’apéritif au dessert car, comme déjà dit précédemment, il est « mauvais » de quitter la table.
Le repas commence dès l’apparition de la première étoile (vers 18 – 19h00).

Le plat principal, dans toute la Slovaquie, c’est la soupe de Noël. Elle varie suivant les régions, là vous aurez une vianočna kapustnica de la région de Liptov (soupe de Noël à la choucroute avec de la saucisse et des bolets séchés).

Dans la région de Zahorie, vous aurez la soupe à la choucroute et lentilles ou haricots. Dans d’autres régions, ce sera une soupe de légumineuses (lentilles, haricots, petits pois) avec des bolets séchés et des fruits secs séchés (pruneaux…).

Vous pourrez aussi déguster la très archaïque soupe de céréales, le kysel, composée de grains de blé et de farine et au goût acidulé. Pour la région frontière avec la Hongrie ce sera une soupe de poisson.

Si pour le réveillon de Noël, on prépare dans presque toutes les familles slovaques la « soupe à la choucroute », de nos jours on peut aussi avoir du poisson frit avec une salade de pommes de terre – ce que nous appelons une salade russe – qui remplace le poisson fumé du temps jadis.

Le deuxième mets traditionnel de Noël, consiste en un plat varié de produits « farineux » comme les pâtes alimentaires, des halušky – gnocchis, des pâtons saupoudrés de pavot et/ou de sucre ou les « pirohy – pyrôžky » fourrés au pavot sucré.

En Slovaquie, il est aussi typique pour le repas de Noël d’avoir un dessert sucré garni de graines de pavot, l’opekance, suivant la région de Slovaquie,  (Bobalky dans la Slovaquie orientale), ce dessert peut avoir diverses appellations. C’est le repas de pâtes (gâteaux) cuites au four.

La plus ancienne forme de gâteau de Noël est la galette appelée kračun. Il est, à l’origine, préparé en forme de galette sans levure avec au centre un trou pour y déposer du miel. Ce miel est mélangé avec des graines, des légumineuses, afin d’assurer une bonne moisson pour la prochaine année, et aussi avec de l’ail et/ou du persil, qui sont les symboles de santé et une sécurité contre la magie noire, les mauvais esprits.

Si aujourd’hui, les gaufres sont une nouvelle forme de la galette de Noël et si elles ne sont pas toujours préparées à la maison, mais achetées au magasin, la tradition persiste néanmoins et l’on mange ces gaufres de Noël avec le miel et l’ail.

Les gaufres de Noël, les Oblatky sont aussi de la fête.

Jadis, plusieurs semaines avant la Noël, les galettes étaient préparées par l’instituteur de l’école du village ou de la ville. Les jours qui précèdent la Noël, il les distribuait aux élèves pour le panier de la maison.

D’autres pâtisseries de noël existent. Elles sont très variables suivant les régions et ont plusieurs appellations. Il y a la tarte Strudel, le gâteau en forme de tresses – Vianočka, les gâteaux en formes d’animaux, de bétail ou d’oiseaux (plus particulièrement dans les régions de l’est de la Slovaquie) ou encore les Medové koláčiky (ou medovník ou medovníčky), les gâteaux de pain d’épice en forme de figures du bétail domestique ou de symboles de Noêl.

Les femmes cuisent toujours au four le Štedrak, gâteau très populaire et gâteau de tradition qui représente le gâteau de la largesse. Il s’agit d’une pâte au levain avec cinq feuilles et quatre farces (5 + 4 = 9). On y retrouve une farce composée de confiture de prunes, une de pâte de noix, une de pâte de pavot et une de pâte de fromage blanc, le tout symbolisant le souhait de prospérité.

Le folklore, le chant et le spectacle

Pendant cette période, nous avons les chants sous la forme de la koleda. (5)

Après le dîner de Noël, les jeunes hommes se réunissent, ils déambulent dans le village et ils chantent sous les fenêtres des maisons. Ces chants comprennent les souhaits de santé et de prospérité pour la nouvelle année qui vient. De nos jours, la koleda est souvent mixte et les chants comprennent aussi des chants chrétiens.

Pour recevoir la visite du groupe de chanteurs de la koleda, le propriétaire prépare des gâteaux.

Le spectacle « Jeu de Bethlehem » (Bethléem)

Jadis très populaire, la tradition du « Jeu de Bethléem ». C’est un spectacle d’origine religieux du Moyen Age, avec comme sujet, la naissance de Jésus à Bethléem. Mais, en Slovaquie, ce spectacle est enrichi de beaucoup d’humour spécifique au peuple.

C’est un jeu de groupe, pour cinq personnages : des garçons ou des bergers.

La principale structure pour ce jeu est le rôle du berger en chef, Bača et un trio de bergers qui s’appellent Kubo, Stacho et Fédor et, comme cinquième personnage, un ange qui porte une petite crèche de Bethléem ou une maison ou encore une église.

Le Jeu de Bethléem se déplace dans tout le village et le groupe joue et chante dans chaque maison. Le propriétaire prépare des gâteaux ou une récompense.

Kubo est un homme pas très propre, jovial, un peu « benêt » revêtu d’une veste de mouton à l’envers, personnage mi-homme mi animal (le chien du berger).

A un moment de leur danse, Bača, Stacho et Fedor vont former un triangle, tenant leur bâton à bout de bras et Kubo se trouve au centre, sous la protection des bâtons des bergers.

N’oublions pas qu’auparavant c’était une période où les bergers n’avaient pas de travail et cette « représentation » riche en humour populaire – la télé n’existait pas – leur rapportait quelques nourritures – fruits secs, viande gâteaux – ainsi qu’un peu d’argent.

Le Jour de Noël, le 25 décembre

C’est un jour de congé. On célèbre la fête de la nativité de Jésus, les familles se souhaitent bonheur et bonne santé et la koleda chante les cantiques de Noël.

Jadis, le matin, un membre de la famille apportait de l’eau fraîche du ruisseau. On y trempait un rameau d’arbre où les perles des gouttes d’eau représentaient les membres (en nombre) de la famille. Ce rameau était déposé dans la chambre.
Dans cette eau, on ajoutait des pommes, de l’argent ou du raifort et on lavait tout dans cette eau.

L’argent symbolise la prospérité, les pommes la santé et le raifort la force (pour être fort). Le tout, lavé, symbolise la cohésion de la famille.

Le repas de ce jour de Noël est riche en viande de porc et surtout en porc fumé.

Notes

1 En Belgique, le 24 décembre est une vigile donc un jour d’abstinence. Les plats consommés avant minuit durant la nuit de Noël devaient être des plats maigres.

2 Peut-être y aurait-il une relation avec des traditions celtes et/ou slaves car des archéologues ont découverts dans les nécropoles de Mikulčice et de Prušánky des squelettes et vestiges de l’avifaune. A Mikulčice, l’étude exhaustive sur les vestiges d’oiseaux a été menée et l’on remarque que les oiseaux majoritairement représentés sont des poules, des canards et des oies domestiques. Ils devaient donc entrer dans les pratiques funéraires des Moraves entre le 9e et le 10e siècle. (Mlikovsky 2003)

3 Si vous avez vu la « Noël de Shrek » vous aurez remarqué que le sapin est dans cette position.

4 Ce génie tutélaire de la maison est, souvent, le premier propriétaire de la maison (celui qui l’a construite) qui a sa mort se transforme en serpent blanc – en belette blanche pour la femme – et que l’on retrouve étendu au pied de la porte d’entrée. En Slovaquie, le seuil de la porte est une partie en bois en relief qu’il faut enjamber, et c’est là, à la porte d’entrée de la maison, que se trouve le domovoï, le protecteur. Il va protéger, la maison et les habitants, des incendies, des accidents domestiques, des maléfices…. Il s’agit de « bons » esprits de la maison, parfois malicieux, ils jouent des « blagues », ils déplacent des objets… – certain, chez nous prierons à cet instant saint Antoine !

5 La koleda est un groupe musical composé le plus souvent de chanteurs et chanteuses parfois accompagnés par des musiciens qui jouent de l’accordéon, du violon, de la fujara…

Sources

Ľudová kultúra. Zuzana Beňušková. Kultúrne Krasý Slovenska. Dajama

Malý lexikón ľudovej kultúry Slovenska. Kliment Ondrejka. Mapa Slovakia Bratislava 2003

Slovenský rok. Receptár na dni sviatočné všedné i pôstne. Ratislava Stoličná-Mikolajová. Vydavateľvo Matice Slovenskej. 2004

U nás taka obyčaj. Slovenské ľudové tradicie. Vojtech Majling. Computer Press, Brno. 2007

Slovenský rok. V ľudových zvykoch, obradoch a sviatkoch. Katarína Nádaská. Ed. Fortuna Libri. 2012

 

 

Vianočnà kapustnica, la soupe de choucroute de Noël

Alice Hura – Charles Bugan

La soupe à la choucroute – Kapustnica polievka – est une institution en Slovaquie. On peut la déguster toute l’année mais en période de Noël elle revêt son costume d’apparat et devient la « Vianočnà kapustnica », la soupe de choucroute de Noël aux saucisses fumées ou accompagnée de morceaux de poissons fumés, truites par exemple.

La recette

Ingrédients :

40g de lard fumé
70 gr de beurre
50 gr de farine
1 oignon
2 gousses d’ail
2 c. à café de paprika doux
250 gr de choucroute
1/2 c. à café de cumin
10 grains de coriandre
1,5 L de bouillon de viande
2 pommes de terre
200 gr de crème culinaire
200 gr de saucisson – klobása
sel, poivre

Préparation

Coupez le lard en petits morceaux et faites-le fondre avec 20 gr de beurre dans une grande marmite,

Coupez l’oignon et l’ail en fins morceaux et y mélanger le paprika doux, les ajouter avec la choucroute et le cumin au lard, salez,

Ajoutez 75 cl de bouillon de viande, le coriandre et portez la soupe à ébullition,

Dans une cocotte, préparez un roux avec 50 gr de beurre et 50 gr de farine, le diluer dans 75 cl de bouillon de viande et faites chauffer à petit feu pendant 15 min. environ,

Ajoutez les pommes de terre épluchées et coupées en petits dés et cuire encore pendant 15 min. env.

Ajoutez à la soupe, bien mélangez,

En fin de cuisson, ajoutez le saucisson et ensuite la crème culinaire,

Rectifiez l’assaisonnement éventuellement.

NB : le klobása est un saucisson au paprika légèrement fumé.

On peut aussi ajouter des pruneaux à la préparation.

L’église Saint-Martin à Martinček

Mgr Alice Hura – Charles Bugan

Le village de Martinček, Petit Martin en français, est situé à 5 km au nord-est de la ville de Ružomberok. Là, dans ce petit village paisible, se trouve une petite église de campagne, construite en 1260, remarquable par ses peintures murales datées de 1300.

Saint Martin est fêté le 11 novembre. Dans l’ancien calendrier, la croyance veut qu’il symbolise l’arrivée de l’hiver, tel saint Martin sur son cheval blanc. En Slovaquie, pays de montagnes, à cette date correspond normalement, la chute de la première neige et les derniers bergers rentrent au village.

http://vaheurope.eu/wp-admin/post.php?post=296&action=edit

1 Histoire du village de Martinček

La petite agglomération de Martinček et son ancienne église ornent les premiers contreforts du massif de Choč dans la région de Liptov en Slovaquie septentrionale. Ancienne église seigneuriale du château-fort de Likava, déjà connue en 1332 sous le nom de Sanctus Martinus de Liptovia. Située au point culminant du versant est de la montagne chauve Mních (Moine en français) laquelle est occupée depuis l’âge du Bronze.

Au XVe siècle, il n’y avait pas de maisons paysannes connues. A la fin du XVIe siècle, le terrain où se trouve l’église appartenait alors à un cadastre parcellaire (aménagement du territoire) du village de Likavka, situé sous le château de Likava et un prêtre servait pour les habitants de ce village.

Le village de Martinček fut fondé après 1600. Dans le cadastre du domaine de Likava en 1625, le village de Sväty Martin – Saint-Martin y est mentionné. Les habitants étaient surtout des agriculteurs et étaient dépendants du château de Likava. Ils étaient obligés de ramener au château 6 chars de la récolte d’oignons.

Plus tard, le village s’est élargi sur les pentes de la colline Mních – Moine, sur les hauteurs du village et sur le versant est que domine l’église catholique romaine de Saint-Martin évêque.

Aujourd’hui, le village de Martinček, situé à l’altitude de 580 m, compte 390 habitants.

On aperçoit l’église sur la route principale reliant les villes de Ružomberok à Liptovský Mikuláš (anciennement Liptovský Sväty Mikuláš – Saint-Nicolas de Liptov).

Le village de Martinček, fondé après 1600 sur le domaine royal d’un terrain du village de Likavka, entoure l’église de Saint Martin qui donne son nom à ce petit village dans sa forme de diminutif : Martinček – Petit Martin.

2 L’église Saint-Martin

La fondation de cette église est datée vers 1260 sous le règne du roi Béla IV (1206 – † 1270 et, selon la légende, est attribuée à l’ordre des Templiers dits les Chevaliers rouges surnommés ainsi selon la croix pattée rouge sur le manteau qui les couvrait.

Les dernières découvertes de 1999, lors de travaux de restauration, permettent d’affirmer que les peintures murales à l’intérieur de cette église, parfaitement conservées en majorité, peuvent être datées au plus tard de 1300/1320. Lors de la Réforme au XVIIe siècle, ces peintures murales ont été couvertes sous des couches d’enduit de chaux lorsque l’église a été aux mains de l’Église évangélique luthérienne (probablement en 1610 ou en1669, selon des dates signées sur le mur oriental du sanctuaire).
À l’époque, les puissants seigneurs protestants Illésházy gouvernent la région du comitat de Liptov et de Trenčín.
Légende ou réalité ?

La colline Mnich doit l’appellation de ce lieu à une ancienne légende qui raconte qu’au début du XIIIe siècle, un ermitage ou une commanderie templière y était construite. Cette légende a donné l’appellation topographique Mnich, qui signifie Moine en français, à cette colline.

A ce jour, en l’absence d’écrits l’attestant, nous ne pouvons affirmer cette présence mais, sans écarter complètement cette hypothèse, nous pensons qu’il est plus que possible que l’église était la propriété du château de Likava.

Extérieur de l’église

Le bâtiment est composé d’une nef rectangulaire couverte par un plafond plat, d’un chœur à chevet plat, d’une sacristie et d’une tour-clocher à l’ouest accessible par l’intérieur de l’église.
Le toit est couvert de bardeaux.

Sur le chevet, une remarquable fresque de la Crucifixion. Détail particulier de cette Crucifixion, les anges qui se trouvent aux extrémités de la partie horizontale de la croix tiennent d’une main l’avant-bras du Christ.

Intérieur de l’église

Le sanctuaire

Le sanctuaire/chœur plus étroit que termine une abside plate, est percé d’origine de deux étroites fenêtres orientées pour une à l’est, la fenêtre d’axe et l’autre une fenêtre au sud qui sera élargie pendant la deuxième moitié du XIXe siècle.

Le sanctuaire, construit sur un plan carré, est couvert par une voûte sur croisée d’ogives avec des nervures lourdes chanfreinées reposant chacune sur un culot et qui converge au sommet sur une clef de voûte garnie d’un disque orné d’une rosette à huit pétales avec un bouton central.

Dans la seconde moitié du XIVe siècle une sacristie, accessible par le sanctuaire, est ajoutée à la façade du nord.

La fenêtre d’axe romano-gothique est entourée d’une riche polychromie d’origine avec en-dessous d’elle une des trois de croix de consécration qui se trouvent dans le sanctuaire.

Dans le mur du nord, un pastophorium d’origine gothique est encore visible. On remarquera que sur la partie horizontale supérieure, des triangles, pointes vers le bas ont été sculptés. On peut y voir aussi une croix de consécration.

Les fresques du sanctuaire

C’est surtout dans le sanctuaire que des figures peintes en bon état ont été découvertes. Les fresques s’étalent sur trois registres. Le registre inférieur est orné par un « drapé » sur tout le pourtour du sanctuaire. Cinq sur le côté Nord, huit sur l’abside et dix (dont un est coupé par un pastophorium) sur le mur Sud. Ce qui fait un total de 23 « drapés ».
Je pense que ces drapés ne sont pas des peintures de « remplissage », le peintre-artiste roman (et gothique) utilise les symboles comme on pourra le voir notamment aussi pour l’intrados de l’arc triomphal. Peut-être un 24e drapé a-t-il disparu lors de travaux ? Aurions-nous là alors la représentation « symbolique » des 24 Vieillards qui font face à Dieu dans l’Apocalypse de Jean ? (1) Apocalypse 4 : 4 « Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d’or ».

Au plafond

Sur la voûte Est du plafond, le Christ bénissant et la Vierge Marie qui montre de la main droite la main gauche par laquelle on peut lire la double nature du Christ (trois doigts « libres » et deux collés l’un à l’autre).

Dans les trois autres voûtains, une suite d’anges habillés dans des habits de diacre, semblent accompagner le Christ et la Madonne.

Les fresques murales du mur Nord

Au registre inférieur, les « drapés » suivent la porte romane de la sacristie. A hauteur, le pastophorium avec la grille et la croix de consécration.

Au registre central, quatre personnages, probablement quatre apôtres. Quatre personnages se retrouvent sur l’abside et quatre sur le mur Sud. Ce qui nous fait un total de douze personnages, il s’agit donc très probablement des douze apôtres.

Quant au registre supérieur, on peut y voir le « Sein d’Abraham ». (2)

Abraham est entouré de deux autres figures de l’Ancien Testament, David et Salomon qui tiennent chacun une lyre.

Sur le mur de l’abside

Sur le mur Est, outre la fenêtre d’axe et une croix de consécration, quatre personnages, des apôtres se trouvent au registre central. Dans le registre supérieur, sous le Christ et la Madonne, deux personnages, des rois ? avec des instruments de musique.

Sur le mur sud

Au registre inférieur, le « drapé », un pastophorium et une croix de consécration sous la fenêtre.
Au registre central quatre personnages (apôtres ?) et au registre supérieur, deux personnages, des rois ?, avec des instruments de musique. Celui de gauche est en partie détruit par la baie de la fenêtre créée au XIXe siècle, quand l’église était encore sous le badigeon de chaux.

L’arc triomphal

On ne retrouve pas de peintures sur l’intrados de l’arc triomphal. Cela ne signifie pourtant pas qu’il n’y en avait pas à l’origine. Cependant, on peut remarquer la présence, de part et d’autre de l’intrados, d’une rangée de petits triangles sculptés.

Il pourrait s’agir de la représentation symbolique de la nature divine du Christ et de sa nature humaine (3), de la Mort et de la Régénération (4). Comme dit précédemment, des triangles, pointe vers le bas sculptés se trouvent sur le pastophorium du sanctuaire.

Les fresques de l’arc triomphal

A gauche, deux personnages ont été découverts. Le premier est un homme d’apparence jeune. Il s’agit certainement de saint Martin de Tours, représenté en tenue d’évêque. Il tient sa crosse de la main gauche et il bénit de la droite.

Le deuxième semble être saint Jean Baptiste. Il bénit de la main droite et tient dans la main gauche un nimbe crucifère comportant un agneau tourné vers la gauche et tenant dans sa patte repliée une oriflamme (5) symbole de la Résurrection.
Certains pensent qu’il s’agit de la représentation du Christ comme le Bon Pasteur (6).

Au dessus de ces personnages a été découvert un motif connu, l’image de saint Martin sur son cheval qui partage sa cape avec un mendiant qui s’appuie sur des béquilles près d’une porte étroite. La fresque est hélas presque effacée, on distingue à peine le cheval blanc et le mendiant.

Au centre

Dans la partie centrale de l’arc triomphal, à gauche, se trouve la représentation de la Jérusalem céleste et, à droite, un ange qui doit être rattaché à la représentation du Christ dans la mandorle qui se trouve à droite.

A droite

Sur le mur de droite, Le Christ dans une mandorle entourée par des anges qui volent. A gauche, un ange avec un livre et un ange avec une croix, à droite, un duo d’anges avec une torche flamboyante.

C’est le Christ de l’Apocalypse, (Apocalypse de jean I 16). Il est assis sur un arc représentant les cieux, les pieds posant sur un autre arc, plus petit, représentant la terre. Avec les deux épées qui sortent de sa bouche. C’est le jugement dernier. On peut d’ailleurs voir, en dessous de la mandorle, deux groupes de personnes. A droite ces personnes sont enchaînées, ce sont les damnés et à gauche un groupe d’élus.

La nef

Dans la nef de l’église, 9 croix de consécration d’origine ont été découvertes mais peu de fresques ont été retrouvées.

Le plafond plat est en bois et rénové récemment.

Sur le mur Sud, une peinture à l’huile, de la fin du XVIIIe siècle, élément de l’autel baroque, représentant saint Martin coupant son manteau pour l’offrir à un pauvre.

Sur ce mur Sud, deux fenêtres sont percées au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle (la fenêtre du côté sud du sanctuaire sera élargie en même temps) et un carrelage est posé au sol qui a pour effet de remonter le niveau du sol.

Sur le mur nord des peintures ont été découvertes sous deux couches de crépi. Mais ces peintures ne semblent pas avoir été créées en même temps.
Dans un cadre peint se trouve le visage jeune d’une personne qui est accompagnée de deux anges. Comme les autres parties du personnage ne sont plus visibles, on suppose qu’il s’agit de l’archange Michel qui pèse des âmes. (7)

Dans le cadre accolé à gauche, un personnage de profil se penche vers la représentation de droite, mais excepté l’architecture d’un baldaquin, il est impossible d’avoir plus de détails.

A côté de cette fresque, se trouve un fragment de peinture murale réalisé sur une couche plus jeune. Le fragment est partiel et difficilement indentifiable.

Le style de peinture révèle un artiste du XIVe siècle proche des peintures murales de l’église de Liptovské Sliače.

Il est possible qu’il s’agisse du groupe des femmes saintes. La figure d’une femme à droite avec un foulard sur la tête ressemble à une composition de figure de sainte Hélène dans l’église de Liptovské Sliače.

La paire de silhouettes à gauche peut représenter deux des quatre saintes connues, la première pourrait être sainte Barbe (son attribut est une tour) et l’autre pourrait être sainte Marguerite ?

Il reste encore un fragment de fresque.

Sur le pourtour de la nef, se trouvent des peintures représentant le chemin de croix et 9 croix de consécration.

Enfin, sur la partie Ouest de la nef se trouve la porte qui mène vers l’escalier de la tour-clocher et à la tribune d’orgue.

La tribune d’orgue

Sur la balustrade de la tribune, on peut voir des représentations, récentes, des évangélistes entre lesquels est intercalé un ange (Jean et Luc à droite ; Marc et Matthieu à gauche ainsi qu’une représentation de l’Agnus Dei).

Au mur Ouest de la tribune, une inscription datée du 16e siècle.

La tour-clocher

La tour-clocher à l’ouest est seulement accessible par l’intérieur de l’église et comporte une remarquable fenêtre gothique sur son côté ouest. Le meneau d’origine est disparu et est remplacé par une pierre. Au-dessus de cette fenêtre, une fenêtre plus étroite et plus haut, dans le clocher proprement dit, deux autres fenêtres étroites sur les quatre côtés de la tour.

Trois cloches se trouvent dans la tour : la première date de 1594, une autre de 1763 et la troisième de 1842.

La cloche de 1594 comporte l’inscription latine « VERBUM DOMINI MANET IN ETERNUM A : D : 1594 ».

Celle de 1763 coulée par Ján Juraj Knobloch à Banská Bystrica comporte l’inscription latine « GEORG KNOBLOCH NEOSOLII 1763 ».

Et la troisième cloche de 1842, coulée par Vojtech Littman de Banská Bystrica et qui comporte l’inscription latine « MARIAE IN HONORE SANCTAE » et « REFUSA PER ADALBERTUM LITTMAN NEOSOLII 1842. »

Sur la colline

Sur le côté Sud de la colline on peut remarquer de petites constructions en bois en forme de toit apportant un caractère mystérieux à l’environnement de l’église Saint-Martin.
Les habitants les appellent « Daskal » (de l’allemand dach qui signifie toit). Il s’agit en fait de petites couvertures de puits profonds d’environ 3 à 5 m et qui servent de stockage pour les pommes de terre et les légumes pour l’hiver.

Notes

1 Je n’ai pas trouvé de renseignements pouvant m’orienter ou me renseigner sur la signification de ces « drapés ». Je me permets donc d’émettre une hypothèse concernant cette représentation. On retrouve aussi ce type de « drapé » (mais plus nombreux) au registre inférieur du sanctuaire de l’église Saint François d’Assise dans le village de Poniky près de Banská Bystrica.

2 Le thème du Sein d’Abraham était souvent représenté au milieu du Moyen Age pour connaître son déclin au cours du XVe siècle. Disparition probablement due à l’apparition du Purgatoire. Le Sein d’Abraham représente le Patriarche accueillant les élus entre ses bras (représentation courante au XIe siècle), soit dans un pan de son vêtement.

3 Dictionnaire des symboles. J Chevalier et A Gheerbrant. Ed. Robert Laffont. 2002

4 Selon Marija Gimbutas, « pareilles rangées de triangles sont l’ornement typique des crochets ainsi que des plaques de pierre à l’image de la déesse de la Mort et de la Régénération déposées dans des tombes mégalithiques du Portugal. »
Le langage de la déesse. Marija Gimbutas. Col. Des femmes Antoinette Fouque. Dumas-Titoulet Imprimeurs 2005
A Catal Hüyük (Turquie aujourd’hui), dans le sanctuaire du niveau VII, on a découvert des triangles peints en rouge et noir, avec plus bas, un relief en plâtre d’une déesse enceinte.

5 « Voici l’agneau de Dieu » dit Jean Baptiste (évangile de Jean I, 29). Au vu de son attitude (bénissant) et du symbole que le personnage tient dans la main gauche, je pense qu’il s’agit bien de saint Jean-Baptiste.

6 Mária Novotná et Juraj Maták Ranogotický Kostol sv. Martina v Martinčeku

Comment y aller ?

Le village de Martinček – Petit Martin est situé à 5 km au nord-est de la ville de Ružomberok.

A partir de la ville de Ružomberok, prendre la direction de Dolný Kubin. Après 1 km environ, prendre à droite vers le village de Martinček.

A voir aussi : http://www.apsida.sk/c/326/martincek

PS: pour visiter l’intérieur de cette belle église, un panneau d’information se trouve au-dessus du sentier qui conduit du village vers l’église. Ce panneau renseigne la personne de contact où l’on peut s’adresser (attention, étant donné qu’il s’agit souvent d’un(e) bénévole, la visite de l’intérieur de l’église dépend de la disponibilité). Le site et l’entrée de l’église est gratuit.
Nous vous conseillons de garer votre voiture sur le parking, gratuit, qui se trouve devant la mairie, Obecný úrad en slovaque.

Si vous avez un peu de temps, une petite promenade vous fera apercevoir, au Nord-Est, les ruines du château de Likava et au sud, près de la nouvelle chapelle et au bord de la colline vous avez une très belle vue panoramique avec au loin (sur le côté gauche d‘une cheminée) l’église romane de Tous les Saints de Ludrova-Kút. Sur la route menant de Ružomberok vers Banská Bystrica, le village de Vlkolinec (musée ethnographique en plein air habité, classé au Patrimoine de l’UESCO) est à découvrir. Ces visites sont payantes

Références

Národné kúlturne pamiatky na Slovenska. Okres Ružomberok. Ed Slovart 2008

Gotické kostoly vidiek. Štefan Podolinský. Zostavil : Daniel Kollár. Kultúrne Krasý Slovenska. Dajama

55 Najkrajších Gotických pamiatok Slovenska. Stano Bellan, Alexander Vojček. Ed. Vydavateľstvo Priroda. 2009

Ranogotický kostol sv.Martina v Martinčeku. Mária Novotná, Juraj Maták

Dictionnaire d’iconographie romane. Marc Thoumieu. Ed. Zodiaque.

La fresque romane. Paul-Henri Michel. Ed. Gallimard. 1961

Art roman. Norbert Wolf. Ed. Taschen. 2007

L’art roman, architecture, sculpture, peinture. Sous la direction de Rolf Toman. Ed. H.F ? Ullmann. 2004/2007

Le culte des saints catholiques en Europe centrale et orientale. Jean-Pierre Irali. Ed. Romaines. 2011

Dictionnaire d’Architecture. Mathilde Lavenu, Victorine Mataouchek. Ed. Jean-Paul Gisserot. Gisserot patrimoine. 1999

Dictionnaire des symboles. J Chevalier et A Gheerbrant. Ed. Robert Laffont. 2002

La Sainte Bible. Par Louis Segond. La Société Biblique Canadienne. 1910

Apocalypse de Jean (texte du cours). Jean Hadot. Octobre 1994

Autoatlas Slovenská Republika Supertouring. Freytag et berndt. 12/2011